Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 22:31

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas se sont longuement serré la main vendredi avant les funérailles de l'ancien président israélien Shimon Peres à Jérusalem.

Sous une tente installée pour accueillir les dirigeants étrangers venus pour assister à l'enterrement, MM. Abbas et Netanyahu ont échangé quelques mots.
"Je suis ravi de vous voir, cela faisait longtemps", a assuré M. Abbas en anglais au chef de gouvernement israélien, avant de saluer son épouse Sara Netanyahu, selon une vidéo diffusée par le porte-parole du Premier ministre.
Les deux hommes ne s'étaient pas serré la main depuis le sommet sur le climat à Paris il y a près d'un an. Et M. Abbas ne s'était pas rendu en visite officielle à Jérusalem depuis des années, le président palestinien devant bénéficier d'un accord spécial des Israéliens pour aller dans la Ville sainte.
Aucun président arabe n'a fait le déplacement vendredi. L'Egypte, l'un des deux seuls pays arabes à avoir fait la paix avec Israël, a dépêché son ministre des Affaires étrangères.
M. Abbas est venu accompagné du numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) Saëb Erakat, qui a participé aux négociations des accords d'Oslo, pour lesquels M. Peres avait obtenu le prix Nobel de la paix, aux côtés du leader palestinien Yasser Arafat et du Premier ministre israélien de l'époque Yitzhak Rabin.
M. Abbas avait salué mercredi la mémoire d'un "partenaire pour la paix des braves". Il a été vivement critiqué par le Hamas pour sa venue aux funérailles de M. Peres, un "criminel" pour le mouvement islamiste et la rue palestinienne.
La vidéo de la poignée de mains entre MM. Abbas et Netanyahu était largement partagée sur les réseaux sociaux. Le débat faisait rage parmi les Palestiniens, la grande majorité condamnant le déplacement de M. Abbas.
Certains raillaient le fait que le président ait dû solliciter les autorités israéliennes pour obtenir un laissez-passer, une procédure née des mêmes accords d'Oslo.
Un internaute, sous le nom Tweet_Palestine, dénonçait la venue d'Abbas "et de ses mercenaires", lançant: "C'est sans surprise que les criminels de guerre se saluent entre eux".

https://www.rt.com/news/361188-netanyahu-handshake-abbas-peres/ ;

https://www.msn.com/fr-ch/actualite/other/fun%c3%a9railles-de-shimon-peres-entre-hommages-des-politiques-et-pol%c3%a9miques-sur-internet/ar-BBwQdVr ; https://www.youtube.com/watch?v=EUsgK6V_-yc ; https://www.youtube.com/watch?v=p4RLUYL3rVk

Published by alain serbin
commenter cet article
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 00:34

Shimon Peres, décédé mercredi à 93 ans, est connu pour ses efforts en faveur de la paix avec les Palestiniens, mais son rôle de "père" du programme nucléaire israélien pourrait constituer sa contribution la plus solide à son pays.

Dans les années 50, il a joué un rôle clé dans le développement des capacités nucléaires israéliennes, en concluant un accord secret avec la France qui a abouti à la construction du réacteur nucléaire de Dimona dans le désert du Néguev (sud), devenu opérationnel vers 1962.

Israël est considéré comme la seule puissance nucléaire du Moyen-Orient mais l'Etat hébreu a toujours entretenu l?ambiguïté sur cette question en refusant de confirmer détenir un arsenal atomique.

Israël a produit, grâce au réacteur de Dimona, suffisamment de plutonium enrichi pour 100 à 200 têtes nucléaires selon Nuclear Threat Initiative, un groupe de réflexion américain.

Shimon Peres, qui a été président, deux fois Premier ministre, lauréat du prix Nobel de la paix en 1994 pour sa contribution aux accords d'Oslo, ne voyait aucune contradiction entre la main tendue aux Palestiniens et son action en faveur du programme nucléaire.

"Dimona nous a aidés à conclure à Oslo parce que les Arabes sont arrivés à la conclusion qu'il était très difficile de détruire Israël à cause de cela (le programme nucléaire)", disait-il au Time Magazine en février.

"De toute façon, nous n'avons menacé personne avec une bombe atomique et nous ne l'avons jamais testée", a-t-il ajouté.

Shimon Peres avait été chargé de mener à bien le programme nucléaire par le chef du gouvernement d'alors David Ben Gourion alors qu'il était directeur général du ministère de la Défense.

Pour Ben Gourion, ce programme était prioritaire en raison de la hantise provoquée par l'Holocauste et de la guerre de 1948 avec les pays arabes voisins qui a accompagné la création d'Israël, estime l'historien Avner Cohen dans un livre intitulé "Israël et la bombe".

L'"énergie illimitée" et les "qualités politiques" de Peres ont "constitué l'ingrédient nécessaire pour permettre à l'espoir mis dans le nucléaire de devenir réalité", ajoute Avner Cohen.

Ben Gourion voyait en Peres "quelqu'un qui pouvait mener à bien la mission" qu'il lui avait confiée, estime pour sa part Ephraïm Asculai, un chercheur de l'Institut israélien pour les études sur la sécurité nationale.

Shimon Peres s'est tourné vers la France, principal allié d'Israël à l'époque, tout en gardant secrète cette coopération nucléaire aux yeux des Etats-Unis.

Dans un documentaire diffusé en 2001 par la télévision israélienne, Shimon Peres a admis que la France avait accepté de fournir une "capacité nucléaire" à Israël dans le cadre de négociations qui ont abouti à l'attaque menée par la France, la Grande-Bretagne et Israël contre l'Egypte lors de la crise de Suez en 1956.

En 1969, Israël aurait conclu un arrangement avec Washington aux termes duquel les dirigeants israéliens s'abstiendraient de faire des déclarations sur les capacités nucléaires de leur pays et ne procéderaient à aucun test, en échange de quoi les Etats-Unis s'engageaient à n'exercer aucune pression sur ce dossier.

Israël n'est pas signataire du Traité de non-prolifération nucléaire.

En lui rendant hommage, l'actuel Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fait allusion à la contribution de Peres au programme nucléaire.

"En tant que champion de la défense d'Israël, il a renforcé nos capacités de bien des façons, dont certaines ne sont pas encore révélées", a dit M. Netanyahu.

Cette politique nucléaire ne fait pas l'unanimité. Ceux qui la critiquent estiment qu'elle pousse les autres pays de la région à tenter de développer leur propre arsenal.

L'accord entre les grandes puissances et l'Iran sur le programme nucléaire de ce pays, ennemi numéro un d'Israël, visait à éviter ce scénario.

Israël continue malgré tout à maintenir le secret sur ce dossier.

Un ancien technicien de Dimona, Mordehaï Vanunu a été emprisonné en 1986 pour avoir révélé des informations sur les activités de ce site.

Enlevé à Rome par les services de renseignements israéliens, il a été transféré en Israël où il est resté plus de 10 ans en isolement total. Même après sa libération en 2004, il reste soumis à une série de restrictions dont une interdiction de s'entretenir avec des journalistes étrangers.

(Par Michael Smith /afp) ; https://fr.news.yahoo.com/fun%C3%A9railles-peres-font-ressurgir-souvenir-rabin-arafat-144032140.html ;

https://www.youtube.com/watch?v=478L0IRBfw0 ; https://www.youtube.com/watch?v=cvY7mw_xzrM ; http://www.france24.com/fr/20160929-shimon-peres-voulait-faire-plaisir-a-tout-le-monde-ancien-conseiller-oslo-israel-palestine ;

http://www.directmatin.fr/monde/2016-09-29/obseques-de-shimon-peres-israel-se-prepare-recevoir-les-dirigeants-de-la-planete ;

http://www.lci.fr/politique/obseques-de-shimon-peres-hollande-et-sarkozy-prendront-le-meme-avion-pour-israel-2005204.html

Published by alain serbin
commenter cet article
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 23:44

L'avenir politique de Nicolas Sarkozy vient-il de s'assombrir ? D'abord, selon le site de Médiapart, l'affaire d'un prétendu financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, en 2007, est en train de rebondir.

Le juge d'instruction Serge Tournaire a mis la main sur des documents qui pourraient s'avérer déterminants. Il s'agit d'un carnet d'un ancien ministre du régime de Khadafi, où sont consignées des notes mnuscrites détaillant plusieurs versements occultes au profit de Nicolas Sarkozy. Le montant cumulé de ces sommes dépasserait les 6,5 millions d'euros.

Ce carnet entre les mains de la justice appartenait à Choukri Ghanem, ministre du Pétrole entre 2006 et 2011 sous le régime du dictateur libyen. L'homme avait ensuite rompu avec le régime de Kadhafi avant de s'installer à Vienne, en Autriche. Sarkozy serait accablé par le contenu du carnet d'un ex-ministre décédé brutalement.

Son corps a été retrouvé dans le Danube le 29 avril 2012. La police a conclu à une mort accidentelle, mais "plusieurs proches de la victime n'hésitent pas à évoquer en privé des soupçons persistants de meurtre", souligne Mediapart.

L'affaire d'un prétendu financement libyen pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy remonte à 2011. Lors de l'intervention française en Libye, le clan Kadhafi avait affirmait avoir soutenu financièrement l'ancien président. Le 28 avril 2012, Mediapart avait publié un premier document compromettant pour Nicolas Sarkozy. En parallèle, une information judiciaire a été ouverte en 2013 sur ces accusations de financement libyen, formulées par l'homme d'affaires Ziad Takieddine et d'anciens dignitaires du régime.

La deuxième bombe, c'est la sortie du livre de l'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, dans lequel on y apprend beaucoup sur ce personnage de l'ancien président et ses méthodes et pratiques politiques de gouvernance.

"La cause du peuple", 464 pages, aux Editions Perrin, Paris le 28 septembre 2016.

http://www.liberation.fr/france/2016/09/27/ce-que-disent-les-premiers-extraits-du-livre-de-patrick-buisson-sur-les-annees-sarkozy_1512088 ;

http://www.lepoint.fr/politique/patrick-buisson-tance-nicolas-sarkozy-dans-un-livre-au-vitriol-27-09-2016-2071659_20.php ;

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/patrick-buisson-sur-nicolas-sarkozy-les-secrets-d-un-livre-explosif_1834660.html ;

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/lr/corrompu-abruti-mechant-les-mots-assassins-de-sarkozy-contre-les-siens_1834765.html ;

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/-la-cause-du-peuple-patrick-buisson-sort-un-livre-qui-accable-nicolas-sarkozy-871471.html ;

http://www.france24.com/fr/20160927-france-patrick-buisson-cause-peuple-nicolas-sarkozy-front-national-jean-marie-le-pen ;

http://www.lepoint.fr/politique/patrick-buisson-tance-nicolas-sarkozy-dans-un-livre-au-vitriol-27-09-2016-2071659_20.php ; https://www.youtube.com/watch?v=kwgip-vO8xw :

https://www.youtube.com/watch?v=fk7zn2WMq_4 ; https://www.youtube.com/watch?v=zfSPRtDATis ; http://lintegral.over-blog.com/2016/09/patrick-buisson-la-cause-du-peuple-l-histoire-interdite-de-la-presidence-sarkozy.html ; https://www.youtube.com/watch?v=gNPJ3yMoWW4 ; https://www.youtube.com/watch?v=ZVFaPB-RlcU

Published by alain serbin
commenter cet article
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 23:08
L'Iran n'est pas prêt à conclure à Alger un accord sur le gel de la production de pétrole pour tenter de faire remonter les prix, a déclaré mardi le ministre du pétrole Bijan Namdar Zanganeh, à la veille d'une réunion informelle de l'Opep.

"Atteindre un accord en deux jours ne figure pas sur notre agenda", a déclaré le ministre à la presse en marge d'un forum énergétique à Alger. "Nous avons besoin de temps pour de plus amples consultations", a-t-il dit avant d'ajouter qu'un accord pourrait éventuellement être trouvé lors de la réunion de l'Opep à Vienne le 30 novembre.
"Je pense au mois de novembre" pour un accord, a-t-il dit, ajoutant que l'Iran souhaitait accroître sa production de pétrole. "Nous ne sommes pas prêt" à geler notre production à ses niveaux actuels, a-t-il dit, affirmant que leur objectif de production était de 4 millions de baril par jour, contre de 3,6 à 3,8 actuellement selon les sources.
Le ministre iranien a en outre expliqué que son pays investissait pour augmenter sa production à ses niveaux de production d'avant les sanctions internationales, et que les "nouveaux champs" allaient bientôt entrer en exploitation et "augmenter notre production".
Les prix du pétrole sont bas depuis mi-2014 en raison d'une offre excédentaire, fruit du boom des hydrocarbures de schiste américains et de la stratégie de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) d'ouvrir à fond les robinets pour maintenir ses parts de marché.
Plusieurs pays producteurs fortement dépendants des revenus pétroliers plaident pour un gel de production, mais certains gros producteurs s'y opposent, comme l'Iran, ou même l'Arabie saoudite qui conditionne, selon Bloomberg, un éventuel tour de vis dans le robinet à une adhésion de Téhéran au projet.
La réunion d'Alger est "consultative, une rencontre informelle pour échanger nos points de vue", a affirmé le ministre iranien.
Les cours du brut étaient en baisse mardi matin, le Brent cédant 1,67% à 46,56 dollars le baril, le WTI 1,39% à 45,29 dollars.
De son côté, le ministre irakien du Pétrole, Jabbar Ali Hussein al-Luiebi, a déclaré attendre "des résultats positifs" de la réunion d'Alger, "qui seront un facteur essentiel dans la stabilisation et l'équilibre du marché pétrolier mondial (...) Le but est la hausse des prix du pétrole. Nous soutenons tout effort qui permettra d'équilibrer le marché", a-t-il dit.

http://www.algerie-focus.com/2016/09/143461/ ; http://www.huffpostmaghreb.com/2016/09/28/algerie-runion-alger_n_12233650.html ; http://www.liberation.fr/planete/2016/09/29/opep-un-accord-historique-trouve-a-la-surprise-generale_1514288

Published by alain serbin
commenter cet article
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 23:21

Le président de la République, François Hollande, a reconnu, dimanche 25 septembre 2016, « les responsabilités » de la France dans « l'abandon » des harkis.

Le président de la République, François Hollande, a reconnu, dimanche 25 septembre 2016, « les responsabilités » de la France dans « l’abandon » des harkis au cours d’une journée d’hommage qui a pris des allures de pré-campagne électorale, à sept mois de l’élection présidentielle. Cette reconnaissance était une première par son caractère solennel. Candidat, François Hollande en avait fait la promesse, en avril 2012, tenue dès septembre de la même année mais seulement via un message lu par un de ses ministres.
Encore chef de l’État mais alors complètement candidat, Nicolas Sarkozy avait lui aussi « reconnu » cette responsabilité française, huit jours avant le premier tour de la présidentielle 2012. Il avait été le premier président à se rendre au camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) où avaient été parqués plusieurs dizaines de milliers de harkis.

Mais dimanche 25 septembre, François Hollande a délivré son message dans la cour de l’Hôtel national des Invalides à l’occasion de la Journée nationale d’hommage aux harkis, instituée, a-t-il rappelé, par l’ancien président Jacques Chirac.

"Je reconnais les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil inhumaines des familles transférées dans les camps en France », a dit le chef de l’État, applaudi par les représentants des harkis présents."

Cette déclaration reprend au mot près sa promesse de 2012, manière pour le chef de l’État de montrer qu’elle est pleinement honorée… et de tenter de se réconcilier avec un certain nombre de harkis qui avaient protesté (accompagnés de nombreuses voix à droite) au printemps. Le chef de l’État avait en effet choisi de commémorer la date du cessez-le-feu du 19 mars 1962 en Algérie au lendemain des accords d’Évian, une date qu’ils considèrent comme symbolique de leur abandon. Après ces accords, 55 000 à 75 000 harkis ont été abandonnés en Algérie et victimes de sanglantes représailles de la part des nationalistes. Quelque 60 000 ont été admis en France.

François Hollande a souligné le caractère « symbolique » de sa déclaration, et insisté sur les actions déjà entreprises par ses prédécesseurs et lui même, notamment avec un plan d’actions en 2014 comportant un volet « réparations ». C’est qu’au sein de la communauté harkie, des voix s’élèvent pour que la France fasse un geste supplémentaire, législatif ou financier. « La France a une dette envers les harkis », avait ainsi déclaré en mars Hocine Louanchi, coordinateur du Rassemblement militant de la cause harkie et acteur d’une des premières révoltes harkies en 1975.
Ces demandes sont relayées dans la classe politique. Des députés de droite ont déposé en avril une proposition de loi prévoyant notamment que « la Nation s’engage à réparer les préjudices moraux et matériels subis par les harkis », 500 000 personnes avec les descendants.

Dimanche 25 septembre aux Invalides, François Hollande a serré la main de nombre de candidats à la présidentielle, présents aux côtés des anciens combattants : Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé ou Marine Le Pen (FN). Alain Juppé, l’un des favoris de la primaire de la droite, célébrait cette journée d’hommage à Bordeaux dont il est maire. En visite auprès d’une famille de harkis en Camargue samedi, François Fillon a plaidé pour que l’on « répare » les injustices. Bruno Le Maire a souhaité que soient « trait(ées) avec dignité les questions relatives à l’indemnisation ». Cette reconnaissance, « c’est tard, c’est mieux tard que jamais, c’est terriblement trop tard », a de son côté estimé NKM sur Radio J.
Alors que Nicolas Sarkozy est régulièrement accusé dans son camp de diviser, tandis que la droite et le FN vitupèrent régulièrement contre toute « repentance », François Hollande a saisi l’occasion pour mettre en garde ses probables futurs adversaires : « La grandeur est toujours du côté de ceux qui réparent, plutôt que (de) ceux qui séparent.»

Sources : (afp) http://www.normandie-actu.fr/abandon-des-harkis-la-france-reconnait-ses-responsabilites_233225/ ;

http://www.france24.com/fr/20160925-hollande-reconnait-responsabilite-france-abandon-harkis-guerre-algerie-evian ;

http://www.la-croix.com/France/Harkis-France-reconnait-responsabilite-2016-09-25-1200791576 ; http://fr.timesofisrael.com/hollande-reconnait-la-responsabilite-de-la-france-dans-labandon-des-harkis-dalgerie/ ;

https://www.youtube.com/watch?v=lBguMO2aliE ; https://www.youtube.com/watch?v=UjlQeW9Ea3o ; https://www.youtube.com/watch?v=0GVedGhLAt ;

https://www.youtube.com/watch?v=h1nLFzJrx6c

Published by alain serbin
commenter cet article
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 09:39

La droite française est-elle tellement nulle qu'elle ne propose qu'un vainqueur de pinaire : Nicolas Sarkozy ? Déjà battu en 2012 par le socialiste François Hollande. La campagne actuelle dont le tempo, les thèmes, le rythme, sont donné par son leader risque de plomber cette élection. Mais la droite risque de tout perdre tant le rejet de Sarkozy est si forte en France. On n'aime pas cet ancien président détesté par la majorité des Français qui s'acharne de revenir pour échapper à la justice et obtenir sa vengeance à tous ceux qui l'ont mis devant la vérité juridico-politique.

Pour cette primaire, Nicolas Sarkozy sortira probablement grand gagnant du tirage au sort pour le débat télévisé ?

Le premier débat de la primaire de la droite aura lieu dans trois semaines, le 13 octobre. Ce sera un moment-clé dans la campagne qui devrait opposer 8 candidats. Tous se préparent pour ne pas rater ce rendez-vous à la télévision. Les représentants des concurrents se sont retrouvés lundi 19 septembre au siège de TF1 pour négocier l'organisation de l'émission. Le journal Le Parisien publie les détails de la soirée.

Ce sera un «instant de vérité» : l'expression est la même chez plusieurs candidats. C'est dire l'enjeu qu'il y a derrière ce débat. Pour la première fois, ils seront tous côte à côte, en direct, face à des millions de téléspectateurs.

Lundi 19 septembre, la réunion de deux heures entre les équipes des rivaux s'est tendue au moment du tirage au sort. Résultat des courses : Nicolas Sarkozy sera au milieu du plateau, la meilleure place. Alain Juppé, lui, aura le privilège de clôre les débats. François Fillon, en revanche, se retrouve tout à droite du plateau, à côté du méconnu Jean-Frédéric Poisson.

Il a fallu aussi gérer les «petits caprices» des uns et des autres : Alain Juppé ne voulait qu'on filme les pupitres de peur qu'on voit ses notes. Nicolas Sarkozy a demandé que ces mêmes pupitres soient transparents. Et tout n'est pas réglé : une dernière réunion est prévue à la fin du mois.

Le chômage et la sécurité seront au coeur des échanges, encore faut-il que chaque candidat ait le temps d'en parler car avec huit candidats pour une émission de deux heures, ça donne 15 minutes par candidat. Bruno Le Maire s'en inquiétait récemment : «c'est un problème, car il faut qu'il se passe quelque chose».

Published by alain serbin
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 10:35

La Cour constitutionnelle gabonaise a validé dans la nuit de vendredi à samedi la réélection du président Ali Bongo Ondimba, en rejetant l'essentiel du recours de son rival Jean Ping. Les résultats ont été partiellement modifiés. C'est une décision qui pourrait de nouveau embraser le Gabon. La Cour constitutionnelle gabonaise a validé dans la nuit de vendredi à samedi la réélection du président Ali Bongo Ondimba, en rejetant l'essentiel du recours de son rival Jean Ping.

La Cour constitutionnelle, tout en modifiant partiellement les résultats du scrutin du 27 août, a indiqué que Ali Bongo gardait une avance sur son rival, qui s'était proclamé élu après l'élection. Lors de l'audience à Libreville, dans une salle quasiment déserte, la Cour a indiqué que le président sortant avait recueilli 50,66% des suffrages contre 47,24% à Jean Ping.

Un dispositif policier et militaire très important était déployé dans le centre de la capitale, qui semblait calme et où aucun acte de violence n'avait été signalé peu avant 01h GMT.

Jean Ping, ancien cacique du régime passé dans l'opposition, demandait notamment un recomptage des bulletins de vote dans la province du Haut-Ogooué. Dans ce fief familial de la famille Bongo, le président sortant avait obtenu, selon les résultats de la commission électorale qui ont mis le feu aux poudres le 31 août, 95% des voix pour 99% de participation, lui garantissant au plan national une avance de quelque 5000 voix sur Jean Ping, sur un peu plus de 325 000 électeurs. "Nul ne peut contester le fait que Jean Ping a largement gagné cette élection", a réagi son porte-parole Jean Gaspard Ntoutoume Ayi après l'annonce de la Cour, ajoutant que Jean Ping ferait une déclaration ce samedi matin.

Le 31 août, la proclamation de la réélection d'Ali Bongo avait provoqué des émeutes meurtrières et des pillages massifs à Libreville et dans plusieurs villes de province, traumatisant un pays plutôt habitué à la paix civile. L'exécutif a mis en garde dès mercredi Jean Ping qu'il serait arrêté s'il franchissait "la ligne rouge" dans l'hypothèse où il n'obtiendrait pas gain de cause en justice. Un ancien patron du renseignement, Léon-Paul Ngoulaki , par ailleurs cousin du président Bongo Ondimba, récemment passé à l'opposition, a été interpellé à Libreville, selon des sources concordantes.

Sous pression maximale, la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo, avait laissé entendre que la décision pouvait être rendue vendredi, à l'issue d'une séance publique jeudi où les avocats d'Ali Bongo et de Ping ont procédé à une dernière passe d'armes. Le Gabon, petit pays de l'Afrique de l'ouest équatoriale (1,8 million d'habitants) regorge de richesses naturelles (pétrole, bois, manganèse, mines...) mais plus d'un tiers de la population est très pauvre.

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/gabon-la-reelection-d-ali-bongo-confirmee-par-la-cour-constitutionnelle_1833959.html#xtor=AL-447 ;

http://www.rfi.fr/afrique/20160924-gabon-reelection-ali-bongo-ondimba-validee-cour-constitutionnelle-ping ; http://www.africa1.com/spip.php?article72051

Published by alain serbin
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 08:44
Les manches relevées aux biceps, l'homme blanc à moustache et casquette marque au fer rouge le nom du propriétaire sur l'épaule droite de l'esclave nue, mains liées, à genoux. Dès l'entrée du mémorial de Cacheu, en Guinée-Bissau, ce dessin illustre la dureté de la traite atlantique.

Bordée de palmiers et d'un blanc éclatant, la façade du tout nouveau Mémorial de l'esclavage et de la traite négrière tranche avec les murs humides et le décor négligé de cette ville côtière qui, fortifiée par les Portugais au XVIème siècle, fut la capitale de l'ancienne colonie portugaise.
Aujourd'hui, la ville est silencieuse comme le cours du fleuve qui la borde.
"Dans ce bâtiment, des produits locaux et européens étaient échangés contre des hommes. Plusieurs objets en témoignent", raconte Cambraima Alanso Cassama, coordonnateur du Mémorial pour le compte de l'ONG bissau-guinéenne à l'origine du projet de mémorial.
Dans la salle d'exposition permanente, les visiteurs, encore rares en cette saison des pluies, découvrent des colliers faits de bois et de clous dans lesquels les esclaves étaient enserrés deux par deux.
Ce projet veut placer la Guinée-Bissau sur la carte du tourisme mémoriel, à l'image de l'île de Gorée, au Sénégal, lieu de pèlerinage obligé pour les chefs d'Etat en visite et pour de nombreux Afro-Américains en quête de leurs racines.
Dans la cour extérieure, une immense marmite rouillée offre un aperçu des conditions de vie des esclaves.
"Malgré sa taille, elle ne suffisait pas à les nourrir tous. Les parts étaient très petites et les plats basiques car il fallait cuisiner vite pour reprendre le travail", explique Joachim Lopes, un des huit jeunes guides. https://www.youtube.com/watch?v=w35fVdwGxdE ; https://www.youtube.com/watch?v=w35fVdwGxdE ; https://www.youtube.com/watch?v=bPj7Qt-H980 ; https://www.youtube.com/watch?v=Gm9eXtJaXuU&list=PL25578AA1C6AD60BF ;

https://www.youtube.com/watch?v=h1QU-WuLXQM&feature=related

Published by alain serbin
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 08:02

L'accident s'est produit vers 18h25 entre Delémont et Glovelier (JU), a indiqué la police cantonale jurassienne dans un communiqué. M. Schneider-Ammann était le passager d'un véhicule banalisé de la police jurassienne.

Alors que celui-ci s'était déporté sur la voie de gauche pour laisser entrer une autre voiture sur l'autoroute, il a été percuté à l'arrière par un autre véhicule, qui circulait sur la voie de gauche.

Le président de la Confédération (Suisse) va bien. Il n'a pas été blessé, a assuré samedi à l'ats Erik Reumann, porte-parole du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche. Personne n'a été blessé dans l'accident, a confirmé la police jurassienne.

Une ambulance a tout de même pris en charge les occupants de la voiture qui a percuté celle de M. Schneider-Ammann pour un contrôle médical. Des pompiers de Delémont ont également été dépêchés sur les lieux à titre préventif, selon le communiqué.

Le président de la Confédération était vendredi en visite officielle dans le Jura. Après avoir inauguré à Delémont le campus Strate J, un nouveau bâtiment des hautes écoles spécialisées HES-SO, HE-ARC et HEP-BEJUNE, il se rendait à Porrentruy (JU) pour y rencontrer des entrepreneurs dans le cadre de l'association pour le développement économique du district de Porrentruy.

Malgré l'accident, M. Schneider-Ammann a décidé de poursuivre sa visite officielle. Un autre véhicule l'a emmené à Porrentruy. L'autoroute a été fermée de Bassecourt à Glovelier durant deux heures pour les besoins de l'enquête.

Published by alain serbin
commenter cet article
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 22:35

Les ménages helvétiques devancent les Etats-Unis en tête de classement de la richesse.

En dépit d'une croissance de leur patrimoine nettement inférieure à la moyenne européenne l'an passé, les Suisses demeurent les plus riches au monde en termes de fortune par habitant. Les ménages helvétiques occupent également la tête en matière d'endettement.

Selon les calculs d'Allianz, qui publie mercredi son enquête annuelle «Global Wealth Report», les actifs financiers nets des habitants de la Suisse ont culminé à 170'590 euros (soit près de 184'000 francs) l'an passé. Toutefois, si les Helvètes ont continué de garder la tête du classement, qu'ils n'ont pas quittée depuis 2000, la croissance de ce patrimoine s'est limitée à 0,2% entre 2014 et 2015.

Parmi les 50 pays examinés par les experts de l'assureur allemand, les Etats-Unis pointent au second rang, chaque habitant détenant un patrimoine net de quelque 161'000 euros. Les Américains surclassent les Britanniques, 3e avec un montant de 95'600 euros, devant les Suédois (89'900 euros) , les Belges (85'000 euros) et les Japonais (83'900 euros).

Du côté des voisins de la Suisse, l'Italie pointe au 15e rang (53'500 euros), la France au 16e (53'400 euros). Ils devancent l'Autriche (51'000 euros) et l'Allemagne (47'700 euros). Outre le Japon, deux pays asiatiques figurent dans le top dix, soit Taïwan (8e) et Singapour (10e).

Si la Suisse occupe de loin le premier rang du classement d'Allianz, la différence avec les montants affichés par les autres pays reflète toutefois la conversion en euro de la fortune des Helvètes. Or la devise helvétique s'est sensiblement appréciée l'an passé par rapport à la monnaie unique conséquence de l'abandon par la Banque nationale suisse du taux plancher liant les deux devises.

Le tableau apparaît de manière différente en ne considérant que la croissance du patrimoine. L'augmentation en Suisse, tant par rapport à 2014, que sur une période plus longue, se révèle nettement inférieure à la moyenne des pays européens. Le phénomène reflète d'une part le haut niveau déjà atteint ainsi qu'une évolution économique freinée par la vigueur du franc.

La Suisse occupe également la première marche du podium en termes de dette, avec un endettement moyen par habitant de 90'220 euros. Alors que le montant des crédits et autres emprunts des Européens ont crû de 10% depuis 2007, celui des Helvètes a bondi de 20% dans le même temps.

En moyenne, la dette d'un Suisse correspond à celle de deux Américains, de quatre Allemands ou de 30 Chinois. Mais là aussi, l'effet de change a contribué à creuser l'écart. D'autre part, l'endettement des Helvètes reflète essentiellement des crédits hypothécaires et ceux-ci ne représentent pas un problème tant que les prix de l'immobilier restent stables. (24Heures)

Published by alain serbin
commenter cet article