Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 06:23
La guerre est déclarée entre la présidente du Front national Marine Le Pen et son père Jean-Marie Le Pen, fondateur du parti d'extrême droite français, le "Front National", dont les dernières provocations ont poussé à bout sa fille engagée dans une entreprise de dédiabolisation du FN.

Jean-Marie Le Pen, 86 ans, président d'honneur du FN et député européen, a été interdit d'élections mercredi par sa fille pour qui le vieux tribun est désormais engagé "dans une véritable spirale entre stratégie de la terre brûlée et suicide politique".
"J'ai informé Jean-Marie Le Pen que je m'opposerai, lors du bureau politique du 17 avril prochain qui doit investir les têtes de listes pour les élections régionales, à sa candidature" dans le sud-est de la France, a annoncé Mme Le Pen dans un communiqué.
Son père a répondu quelques heures plus tard dans un autre communiqué: "Comme en d'autres temps, prenant prétexte d'une offensive médiatique (...), d'aucuns ont ouvert au Front national une crise qui pourrait être grave de conséquences", écrit Jean-Marie Le Pen dans un communiqué. http://www.jeanmarielepen.com/
La présidente du FN, qui est parvenue à hisser le parti d'opposition à la place de challenger incontournable depuis sa prise de contrôle de cette formation en 2011, va "réunir rapidement un bureau exécutif", l'instance suprême du parti, "afin d'envisager avec lui les moyens de protéger au mieux les intérêts politiques du Front national".
A l'origine du conflit entre le père et la fille, la réitération par le fondateur du FN de ses propos sur les chambres à gaz "détail" de l'histoire --qui lui ont déjà valu une condamnation-- et la défense de la mémoire du maréchal Philippe Pétain, chef de l'Etat et artisan de la collaboration avec l'Allemagne nazie durant l'occupation de la France pendant la Seconde Guerre mondiale.
"Je n'ai jamais considéré le maréchal Pétain comme un traître. L'on a été très sévère avec lui à la Libération", a-t-il déclaré dans un entretien fleuve à Rivarol, un hebdomadaire d'extrême droite récemment condamné pour provocation à la haine antisémite.
Jean-Marie Le Pen s'en prend aussi aux cadres du parti choisis par sa fille --parmi lesquels des homosexuels qui lui font évoquer "un lobby arc-en-ciel"-- et juge "excessive" la manière dont la direction du FN se défend des accusations d'antisémitisme, de xénophobie ou d'homophobie.
"Je comprends tout à fait qu'on mette en cause la démocratie, qu'on la combatte", assure-t-il encore.
Rien de très nouveau dans sa bouche, mais c'est l'abondance de provocations en un temps réduit qui a entraîné la réaction de sa fille. http://www.marinelepen.fr/

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires