Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 06:43

A Paris, un locataire pourrait bientôt être expulsé de son appartement du XVIe arrondissement à cause de ses ébats sexuels trop bruyants au goût de ses voisins. Ne pouvant plus dormir, ils ont décidé d'agir.

Trop c'est trop. Les voisins n'en peuvent plus. Les habitants d'un immeuble du très chic XVIe arrondissement de Paris, près de la Porte d'Auteuil, ont fait appel au maire pour régler son compte à leur voisin du 3e étage, rapporte Le Parisien. "Je ne sais pas s'il leur fait faire des figures extrêmes du Kama-sutra, mais ça hurle toutes les nuits" a confié l'un d'eux. "C'est un défilé perpétuel de très jeunes filles des pays de l'Est" se plaint un autre. "Ils passent leur temps à s'envoyer en l'air. On ne peut plus dormir. Ils beuglent. On est otages" ajoute ce locataire au bord de la crise de nerf, affirmant qu'ils assitent aussi à "de véritables scènes pornographiques" quand les rideaux ne sont pas tirés.

Après être allés le voir, ils ont ensuite pris contact avec le bailleur, sans plus de succès. Ces voisins fatigués ont alors frappé à la porte du maire du XVIe, Claude Goasgen, pour trouver enfin une solution à tout ce tapage. L'élu a ainsi écrit une lettre au tombeur de ces dames, qui est restée sans réponse. Le député-maire est alors intervenu auprès du commissariat de police qui sont venus constater les nuisances. "Les locataires n'invoquent pas la morale mais juste le droit à dormir" a expliqué Claude Goasgen.

Le calvaire devrait bientôt être terminé puisque le bailleur a finalement mis en route une procédure d'expulsion pour dette locative (le voisin indélicat mettant en plus visiblement un peu moins d'entrain dans le paiement de ses loyers) et pour "trouble de jouissance".

( source: Stephanie Thibault).

http://www.planet.fr/societe-bientot-expulse-parce-quil-fait-trop-de-bruit-durant-ses-ebats.861715.29336.html?xtor=ES-1-847521[Planet-a-la-Une]-20150525

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires