Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 09:00

Marie-Francoise Marie-Nelly est originaire du François. Issue d’une famille de 11 enfants, Marie-Françoise est passionnée par son travail. Pour cause, elle est directrice des opérations à la Banque mondiale pour le Nigeria, un poste à haute responsabilité. Portrait de cette martiniquaise qui a merveilleusement réussi sa carrière à l’international. De brillantes études comme point de départ. Après une scolarité en Martinique, Marie-Françoise Marie-Nelly part en 1974 dans l’hexagone pour poursuivre ses études. Dès lors, elle effectuera un parcours éclectique sans faute : diplômée en 1978 de l’Ecole Supérieure de Commerce de Nantes (aujourd’hui Audencia), elle devient expert-comptable diplômée d’Etat en 1982. Pendant sa formation, elle fera une partie de son stage pratique en Côte-d’Ivoire. Cette première expérience expatriée à l’âge de 23 ans va définitivement lui ouvrir la voie vers l’international.

En 1986, elle obtient un Master en Accounting and Management Information Systems de l’Université de Bowling Green dans l’Ohio aux Etats-Unis. Elle sera ensuite une nouvelle fois appelée par l’Afrique avec la responsabilité de la mise en place d’un institut supérieur de gestion au Burundi (ISGE) puis l’appui à la réforme des entreprises publiques et à la privatisation au Burundi et au Togo.

En 1993, elle intègre la Banque mondiale de son pays d’adoption, cette terre de cœur qui dès son plus jeune âge, lui a ouvert ses bras et enrichi d’expériences inédites. Ainsi, depuis plus de 20 ans, cette carriériste ambitieuse n’a cessé de gravir les échelons au sein de cette institution internationale de renom. Parmi ses principales réalisations, on peut citer la restructuration et la privatisation d’entreprises publiques en Afrique de l’Ouest et du Centre, la libéralisation du secteur du transport aérien et des télécommunications en Afrique, la mise en œuvre d’une stratégie d’intégration régionale pour l’Afrique sub-saharienne avec la conception de nombreux projets régionaux d’infrastructure, la mise en valeur du pétrole tchadien, et depuis 2008 la direction des opérations pour les deux Congos, le Nigeria et bientôt les pays du Maghreb et Malte.

Marie-Françoise ne s’en cache pas, pour parvenir à un tel poste il a fallu se différencier dans une compétition mondiale et travailler d’arrache-pied :

« Etre responsable de la Banque mondiale pour le Nigeria est le résultat d’un travail soutenu et opiniâtre et d’une détermination sans faille. Ce qui est retenu pour accéder à une telle responsabilité, c’est la compétence. Il est important de retenir que dans une grande institution comme la Banque mondiale, l’accès aux responsabilités est extrêmement compétitif et ne sont retenus que ceux qui émergent du lot. »

Et même si selon elle, la sélection est indépendante de l’origine, elle reconnaît qu’être une femme martiniquaise lui permet sans doute d’aborder le poste qu’elle occupe avec une sensibilité particulière et d’apporter beaucoup d’humanisme à son travail.

Tout au long de son parcours, la jeune femme a rencontré beaucoup de martiniquais qui ont réussi dans des milieux très différents, tous ayant indéniablement un point commun : le travail assidu :

« Nous devons apprendre aux jeunes martiniquais à sortir des schémas dépassés qui consistent à croire que notre passé ou notre situation particulière ne nous sont pas favorables. Non! Nous devons nous battre pour être au même niveau que les meilleurs. Allez sur la côte Ouest des États Unis, dans la Silicon-Valley en Californie, vous verrez comment les jeunes asiatiques excellent dans les secteurs de la haute technologie. Ce n’est pas un fait du hasard, mais le fruit du travail et de l’abnégation. Il y’a moins d’un demi-siècle, la Corée du Sud vivait dans la misère. Nous sommes tous témoins de ce qu’elle est devenue grâce à la force de travail de ses populations et au leadership de ses dirigeants. »

Un poste comme celui-ci ne doit cependant en aucun cas éteindre les passions ni les aspirations personnelles. Pour cette guerrière massai de la finance, il est important de prendre du temps pour soi:

« Je me consacre à la lecture, un peu au sport pour garder mon équilibre mental et je profite de mes nombreux voyages pour découvrir les cultures des pays ou j’interviens professionnellement et pour faire un peu de bénévolat. Ainsi, j’ai monté une fondation pour les orphelins du SIDA en Afrique et j’ai accompagné de nombreux handicapés en République Démocratique du Congo (RDC). »

Ténacité, persévérance et humilité font partie du cocktail explosif dont Marie-Françoise s’abreuve chaque jour, la recherche de l’excellence demeurant pour elle la meilleure arme contre tous les préjugés. Sa devise : l’échec n’est pas une option !

(Source : Région Martinique / http://www.region-martinique.mq/blog/une-martiniquaise-a-la-tete-de-la-banque-mondiale-du-nigeria/

http://pluzz.francetv.fr/videos/info_1ere_,123510430.html ;

http://pilibomag.fr/ ; Fêtons sa promotion ! https://www.youtube.com/watch?v=FgRNdyIDuGQ

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires