Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 10:52
L'Exécutif angolais a rejeté catégoriquement le contenu d'une résolution du Parlement Européen sur les éventuels cas de violation des droits de l'homme et regrette qu'une institution crédible se laisse tromper par des informations calomnieuses, selon un communiqué rendu public samedi.

Selon la note, le Gouvernement de la République d’Angola a pris connaissance de la Résolution nº 2015/2839 du Parlement Européen sur l’Angola et répudie, avec véhémence, la gravité de son contenu.

Le communiqué considère que ses recommandations ne bénéficient en rien la coopération entre l’Angola et l’Union Européenne.

La résolution du Parlement Européen, lit-on dans la note, a pour base un rapport partiel et subjectif élaboré par une Eurodéputée qui a réalisé un déplacement privé en République d’Angola, au mois de juillet dernier.

Malgré tous les éclaircissements donnés lors des rencontres avec les membres du Gouvernement, l’on constate que, non seulement, elle a minimisé toutes les informations, comme aussi s’est servie des contacts eus pour tenter de conférer une crédibilité à ses idées conçues il y a longtemps, souligne encore la note.

D’autre part, le communiqué du Gouvernement n’admire pas la rapport qui a servi de base à la Résolution qui contient des mensonges, des spéculations et des faits grossièrement manipulés par l’auteur, déjà connue pour son penchant a l’opposition angolaise.

A cet effet, lit-on encore dans la note, les droits à la liberté de l’Association, de la Réunion, à l’accès à la justice et jugement juste, à la liberté d’Expression et d’Information, à la liberté de Presse, à la liberté de Conscience, Religion et Culte, à la Liberté Physique et la Sécurité personnelle, à l’Environnement et à la libre initiative économique, ont été questionnés par les parlementaires européens, avec comme l’unique fondement, des opinions insultantes motivées par des convictions et objectifs politiques de ce membre de son parlement.

Cependant, la même note considère que cette institution européenne a méprisé le travail fait durant les derniers 40 ans de l’Indépendance Nationale par tous les Angolais, de fois dans des conditions adverses, dans la construction d’une Nation libre, juste et souveraine.

En conséquence, le Gouvernement d’Angola n’est pas étrange à la forme inélégante comme la Résolution se réfère à l’activité du Ministère Public de la République d’Angola et des organes judiciaires, méprisant les décisions et les procédures judiciaires des institutions d’un Etat souverain, démocratique et de droit, ajoute la même note.

Par ailleurs, le communique indique que l’Exécutif angolais considère irresponsable la façon légère, dont on aborde les procédures et les actions des institutions angolaises, mettant en cause l’exercice de droits, son indépendance et questionnant sur les procès en cours selon la loi.

L’Etat angolais, poursuit la note, est pour le respect des droits des citoyens consacrés par la Constitution et a comme instruments fondamentaux, les organes de justice qui réalisent un dur travail et transparent, en vue de la protection de ses droits.

Le Gouvernement angolais rappelle qu’il est membre des Traités Internationaux sur les droits de l’homme et a présenté, il y a quelques mois, son rapport périodique sur la situation des droits de l’homme en Angola et qui a été approuvé à l’unanimité.

Outre cela, l’Etat angolais travaille aussi avec responsabilité et en étroite collaboration avec les institutions internationales, notamment le Groupe d’Action Financière Internationale, le Groupe Régionale de l’Afrique Orientale et Australe Contre le Blanchiment de Capitaux.

Finalement, le Gouvernement angolais précise que l’Etat angolais continue à progresser dans le cadre des principes et mesures institués au niveau international dans la lutte contre le blanchiment des capitaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires