Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 18:12

Le président de la République a annoncé, jeudi 8 octobre, avoir demandé à la garde des sceaux que soit préparée une réforme du code pénal avant la fin de l’année, « pour faire de toute inspiration raciste ou antisémite, une circonstance aggravante de toute infraction, quelle qu’elle soit». Dans un discours prononcé lors de sa visite au mémorial du Camp des Milles, une ancienne tuilerie de la campagne d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), transformée en camp de concentration de 1939 à 1943, François Hollande a fixé une date pour ce renforcement pénal, qu’il avait déjà évoqué le 27 janvier au Mémorial de la Shoah, à Paris.

«La République ne connaît pas de race, ni de couleurs de peau », a déclaré le chef de l’Etat, dans une allusion peu voilée aux récentes déclarations de la députée européenne Nadine Morano (Les Républicains). « Elle ne connaît pas de communautés. Elle ne connait que des citoyens libres et égaux en droit. Ce principe n’est pas négociable et ne le sera jamais, a encore dit le président de la République. Nous avons le devoir de refuser certains mots. Des mots qui sont prononcés. Et dénoncer les effets de ces mots, ce qu’ils traduisent, les divisions, les amalgames, les exclusions, les discriminations ».

Sa visite dans un lieu qu’il a qualifié de «Vél’ d’Hiv’ du Sud», a été chargée de symboles et imprégnée de messages politiques dans une région où le Front national ambitionne de s’emparer du conseil régional. Accompagné de Christiane Taubira, de la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, du ministre des sports, Patrick Kanner, et du secrétaire d’Etat chargé des anciens combattants et de la mémoire, Jean-Marc Todeschini, mais aussi de la tête de liste socialiste aux régionales, Christophe Castaner, M. Hollande a déposé une gerbe devant le wagon-souvenir de la déportation. Puis il a écouté solennellement, debout dans le soleil de l’automne provençal, les noms de la centaine d’enfants morts au camp d’extermination d’Auschwitz après avoir été internés aux Milles.

«Toute l’histoire doit être transmise dans son exactitude face aux faussaires et aux négationnistes », a insisté le président de la République, après avoir longuement visité l’ancienne tuilerie transformée en impressionnant musée de la mémoire et de la mécanique des génocides. Au lendemain de sa passe d’armes avec Marine Le Pen, au Parlement européen de Strasbourg, sur la question des réfugiés, M. Hollande a enfoncé le clou. Faisant le lien entre le sort réservé aux opposants allemands et autrichiens au régime nazi, incarcérés aux Milles par la troisième République, et celui des demandeurs d’asile syriens, il a insisté sur les chiffres : « Il faut faire connaitre la vérité : le nombre de Syriens que nous avons accueillis depuis 3 ans et le début de ces massacres ne dépasse pas 7 à 8000, a précisé le chef de l’Etat. Depuis quelques semaines, nous en avons accueilli quelques centaines. Et il y en a qui voudraient nous faire croire que nous sommes envahis ? La France a pris l’engagement d’en recevoir 24 000 dans les deux ans. Je le dis ici au camp des Milles, nous ferons ce que nous aurons à faire, parce que nous sommes la France. »

Saluant la transformation de ce lieu longtemps considéré comme, a-t-il dit, « une trace de honte », en « outil de recherche et de transmission », M. Hollande a assisté à la signature par la directrice générale de l’Unesco, la Bulgare Irina Bokova, et le président d’Aix-Marseille-Université, Yvon Barland, de la charte validant l’installation d’une chaire « Mémoire au service de l’humanisme » au camp des Milles.

Dans la matinée, M. Hollande avait débuté son déplacement officiel dans les Bouches-du-Rhône par une visite au lycée professionnel et technologique de l’Estaque dans les quartiers nord de Marseille. L’occasion de célébrer les 30 ans du baccalauréat professionnel mais aussi d’évoquer la notion de citoyenneté avec des enfants souvent issus de quartiers difficiles de la ville. Dans un dialogue avec les délégués de classes de cet établissement de 400 élèves, le président de la République a félicité ces jeunes « élus », leur rappelant qu’avec « leurs fonctions venaient des responsabilités ». «Il est toujours flatteur d’être élu, mais ce n’est jamais humiliant d’être battu» s’est amusé le chef de l’Etat. -Gilles Rof,Journaliste au Monde-

http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/10/08/hollande-veut-davantage-punir-le-racisme_4785604_823448.html

https://www.youtube.com/watch?v=ff5wV8toRiE ; https://www.youtube.com/watch?v=oKV5LamfLTM ; https://books.google.fr/books?id=wYlki51v4aIC&pg=PT24&lpg=PT24&dq=politique+raciale+aux+antilles+fran%C3%A7aises&source=bl&ots=K0vGj_Ku1R&sig=FM1O-rdAchlvaApHGd_hS_DCNI8&hl=fr&sa=X&ved=0CEMQ6AEwBmoVChMI1ajL3rKzyAIVglgUCh0qxgg9#v=onepage&q=politique%20raciale%20aux%20antilles%20fran%C3%A7aises&f=false

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires