Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 08:10

Elle est la plus jeune suisse qui siègera dès cette année 2015 au Parlement hélvétique, à Berne. Brillamment élue aux élections fédérales, Lisa Mazzone représente l'avenir de l'Ecologie à Genève. Si peu de monde le connaissait, elle ne tardera pas à se faire un nom dans le paysage suisse et dans le monde politique. Une vingtaine d'année seulement, la voilà propulsée "Conseillère nationale" dans la capitale suisse, Berne, pour aller travailler avec les plus chevronnés des politiciens de ce pays. https://fr.wikipedia.org/wiki/Lisa_Mazzone

http://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/2890-lisa-mazzone-nouvelle-conseillere-nationale.html#.VjW_A25ZgkI ; https://www.youtube.com/watch?v=YK_zMSCjtu0

https://www.youtube.com/watch?v=wRSoA08YSUU ; http://www.lemanbleu.ch/replay/video.html?VideoID=28120 ; http://www.rts.ch/play/tv/26-minutes/video/lentretien-de-la-redaction-lisa-mazzone?id=7197330 ; http://www.rts.ch/play/tv/couleurs-locales/video/ge-coup-de-projecteur-sur-le-quartier-des-libellules?id=4980844 ; http://www.leslibellules.ch/actualites.aspx ; http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/simonetta-sommaruga-visite-quartier-libellules/story/22926571 ;

On la présente souvent comme une jeune femme de conviction écologique. S'il y a une chose que l'on remarque immédiatement chez Lisa Mazzone, c'est son visage, qui semble façonné par une sérénité et une bonne humeur inaliénables. Cette jeune femme se dit dynamique, elle aime prendre part aux débats de société et collaborer avec les gens. Elle n'aime pas: les bouchons et la vidéosurveillance. De nature curieuse, elle s'intéresse à un grand nombre de choses, auxquelles elle ne peut souvent pas s'empêcher de participer.

Titulaire d'un bachelor en lettres à l'UNIGE (diplôme qu'elle vient d'obtenir), Lisa Mazzone est actuellement coordinatrice de Pro Velo, une association (aussi nommée - péjorativement - le lobby des cyclistes) visant à promouvoir l'utilisation de la bicyclette comme moyen de transport ordinaire.

Elle est issue d'une famille au mode de vie particulièrement écologique : utilisation minimum d'électricité, tri des déchets, compost, pas de déplacements en avion, panneaux solaires, poêle à pellets... Les Mazzone semblent tout connaître des comportements les plus respectueux de la nature; Lisa Mazzone fut de ce fait baignée dans le monde de l'écologie depuis son plus jeune âge. Son père, très engagé contre l'énergie nucléaire, était Conseiller municipal à Versoix pendant plusieurs années. Elle fonda, de son côté, le Parlement des Jeunes de Versoix, lui permettant de découvrir le monde de la politique apartisane et citoyenne, à travers de multiples projets qui lui ont appris que même un zeste de volonté permet de faire avancer les choses. En 2008, elle rejoignit le Parti Ecologiste genevois (les Verts), au nom duquel elle fut élue en 2011 au Conseil municipal du Grand-Saconnex (une fonction de laquelle elle a démissionné en raison d'un déménagement).

Lorsqu'il s'agit de défendre sa candidature, elle reste humble: "je suis quelqu'un avec des convictions fortes, dirigées sur les questions écologiques et sociales; si elles parlent aux gens, je suis à même de les défendre." Elle fait valoir son expérience au Conseil municipal du Grand-Saconnex, à majorité de droite, qui lui a appris comment faire progresser ses idées de manière consensuelle. De plus, elle estime que sa jeunesse et le dynamisme qui l'accompagne sont autant d'atouts qu'elle possède dans le cas où elle serait élue et ainsi amenée à réaliser le travail parlementaire du Grand conseil.

Elle estime que c'est le devoir d'un politicien de savoir formuler des propositions sur tous les aspects de la société: "un projet de société se construit sur l'ensemble des thématiques". Ainsi, elle affirme s'intéresser à tous les sujets. Cependant, elle se considère évidemment plus proche, en raison de son parcours de vie, de certaines thématiques comme la mobilité, l'aménagement, l'énergie, la souveraineté alimentaire ou encore l'égalité entre hommes et femmes. Elle est également sensible à la nécessaire globalité des réflexions politiques, notamment celle que proposent les Verts de l'agglo. Mais si elle ne pouvait faire adopter qu'un seul projet, elle mettrait la priorité sur l'instauration d'un congé parental, pour permettre aux hommes d'être davantage présents dans la sphère privée (car là où on a favorisé l'accès des femmes à la sphère publique, le transfert partiel des hommes dans la vie familiale et privée a été omis). Ce congé parental (qui existe aussi dans d'autres pays), plus long que le dérisoire congé maternité, favoriserait l'égalité des sexes, assure Lisa Mazzone.

Interrogée quant à son regard sur la vie politique actuelle, elle a l'impression que le climat s'est détérioré depuis plusieurs années, comme l'avait notamment montré la saga des blocages partisans contre le projet de vélos en libre-service (alors que le fond du projet faisait l'objet d'un accord général!). A la question de savoir qui sont ses adversaires politiques, Lisa Mazzone répond: "les personnes avec lesquelles on ne peut pas discuter, qui monopolisent la majorité [...] qui défendent la voiture et les véhicules motorisés de manière dogmatique [...] qui refusent des faits réels (les atteintes à l'environnement, à la qualité de vie, à la planète... Comment peut-on réellement défendre l'hégémonie de la voiture dans ce cas?)." En résumé, elle a tendance à être en désaccord principalement avec des personnes qui tendent vers le chacun pour soi, qui ont une vision individualiste ou qui remettent en question les droits de l'homme (au niveau de l'égalité entre hommes et femmes par exemple, elle critique ceux qui s'en prennent au remboursement de l'avortement pour des raisons financières ou autres).

Pour Lisa Mazzone, Genève est tout d'abord un endroit où il fait bon vivre. Cependant, il y circule beaucoup trop de voitures. Elle estime que l'on pourrait vraiment y améliorer la qualité de vie, tout comme dans la région transfrontalière (pourquoi s'arrêter aux frontières suisses?). Selon elle, il faut relever un défi: "trouver un équilibre permettant d'avoir un environnement sain, qui permette de limiter les déplacements et qui permette de vivre de manière sereine." Ainsi, sa principale crainte pour Genève est de voir s'accentuer les effets du réchauffement climatique, par le biais notamment de la pollution atmosphérique que provoquent les voitures et les nombreux vols low-cost. (TdG). Genève : https://www.youtube.com/watch?v=8o8Ar-c9WwI

On peut être jeune et demeurer intéressante : https://www.youtube.com/watch?v=vqRBDopJ3Ts

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires