Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 07:13
Le ministre angolais des Finances, Armando Manuel, a prédit mercredi, à Luanda, que les hypothèses pour l'établissement du budget général de l'Etat (OGE, sigle en portugais) pour 2016 prévoient un taux de croissance du Produit interne brut (PIB) à l'ordre de 3,3 pour cent.

Selon le gouvernant, qui parlait à la presse après la fin de la 8ème session ordinaire du Conseil des Ministres, tenue au Palais présidentiel sous la direction du Président angolais, José Eduardo dos Santos, le Gouvernement estime le prix du baril de pétrole à 45 dollars, en tenant compte de la volatilité du produit dans le marché international.

Le prix de 45 dollars le baril de pétrole sur le marché, selon Armando Manuel, "est la référence pour notre budget général de l'Etat", évalué à 6,3 trillions de kwanzas (AKZ).

Il a dit que "le secteur pétrolier projette pour l'année 2016, la production quotidienne d'environ un million, 888 barils de pétrole, un chiffre qui nous permet de composer la charge du budget général de l'Etat qui doit être chiffrée à l'ordre de 6,3 milliards de kwanzas".

"Nous devons, à ce niveau de flux de dépenses, recourir aux sources extérieures, devant le déficit budgétaire se positionner sur le chiffre de 5,5 pour cent du produit intérieur brut", a avancé le ministre.

Il a expliqué qu’en termes de composition de la dépense et des options, c’était un budget qui doit se conformer aux fonctions de base de l'Etat, faisant allusion à couverture de la dépense personnelle, à la garantie du bon fonctionnement des institutions, l'ajustement de la charge fonctionnelle du secteur social qui absorbera dans ce budget, un poids de 43 points de pourcentage et un repositionnement de la dépense dans le secteur de la santé.

"Bien sûr, le budget cherchera à se conformer à toutes les autres obligations, dont les opérations financières de l'Etat", a-t-il indiqué.

Armando Manuel a souligné qu’une série de politiques devraient être prises en compte, en particulier celles qui visent à promouvoir l'investissement privé afin que les possibilités qu'offre l'économie, soient maximisées dans un environnement de réduction de ce qui est la principale source de revenus d'exportation de recettes fiscales.

"Le pays reste économiquement viable et notre déficit est modéré", conclut Armando Manuel.

Le Conseil des ministres a approuvé ce mercredi, entre autres décrets, le budget général de l'Etat pour 2016, un instrument de la politique économique et financière de l'Etat qui comprend revenus prévus, les coûts des organes de l'administration centrale et locale de l'État, des organismes publics, des Services et fonds autonomes, de la sécurité sociale, ainsi que les résultats et transferts à réaliser par les entreprises publiques et d'autres institutions.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires