Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 07:04
Les polices d'Espagne et du Maroc ont interpellé mardi dans l'enclave espagnole de Ceuta et la ville marocaine de Nador quatre personnes soupçonnées d'avoir cherché à recruter des candidats au jihad pour le compte du groupe Etat islamique (EI), a annoncé la police espagnole.

Des policiers des services de renseignement des deux pays "ont mené à l'aube une opération policière contre le terrorisme jihadiste dans laquelle ont été détenus quatre personnes", a précisé la police espagnole dans un communiqué.
Trois Espagnols ont été arrêtés dans l'enclave espagnole de Ceuta, sur la côte méditerranéenne et une quatrième personne de nationalité marocaine l'a été dans la ville marocaine de Nador.
Ces quatre personnes sont soupçonnées d'avoir formé ensemble une cellule "de recrutement, d'endoctrinement et de radicalisation", selon le communiqué.
Sa mission, ajoute la police, était le "recrutement et l'envoi de combattants pour alimenter les rangs de l'organisation terroriste Daech (acronyme arabe de l'EI)" et la recherche d'individus "disposés à comettre des actions terroristes dans n'importe lequel des deux pays au nom de cette organisation".
L'Espagne s'est dotée récemment d'une législation lui permettant de poursuivre les activités d'endoctrinement y compris sur internet, afin de mieux lutter contre l'embrigadement de candidats au jihad.
Le pays, qui avait été victime en mars 2004 des attentats islamistes les plus meurtriers jamais commis en Europe -- des attentats à la bombe ayant entraîné 191 mots dans des trains de banlieue à Madrid -- reste pour l'instant moins exposé que la France par exemple, avec moins de 200 combattants jihadistes répertoriés dans les rangs de l'Etat islamique.
Le quartier pauvre et surpeuplé d'El Principe dans l'enclave de Ceuta au Maroc, face au détroit de Gilbraltar, est au coeur de la plupart des enquêtes sur ces réseaux en Espagne.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires