Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 07:27
Les stratégies définies par le Gouvernement angolais face à la crise financière que connaît le pays aujourd'hui ont été abordées par les députés de l'Assemblée nationale (AN) au cours du débat mensuel proposé par la CASA-CE.

Parmi ces stratégies, il un rapport de la commission de l'Economie et Finances, Questions constitutionnelles et juridiques, Sécurité nationale et de l'Administration d'Etat et le Pouvoir local de l'Assemblée nationale.

Pour les mesures de lutte contre la crise, les stratégies reposent sur le remplacement du pétrole comme principale source de revenus, augmentant à court terme la production nationale et le contrôle des produits exportables, afin de générer des devises pour le pays.

Entre les produits exportables à court terme, il y a les diamants, les pierres ornementales, le ciment et d'autres matériaux de construction, du café, du miel, des produits de la pêche et dérivés, le bois, les légumineuses et les oléagineuses, les légumes et les tubercules, le sel iodé, entre autres.

Les parlementaires ont également estimé que, dans les circonstances actuelles, l'investissement public devrait se concentrer de plus en plus sur des projets capables de promouvoir la diversification de l'économie.

Pour garantir des résultats rapides, indique le rapport, seront sélectionnés les partenaires internationaux les plus aptes à coopérer avec les entrepreneurs nationaux dans le développement des programmes dirigés.

D'autre part, ces programmes dirigés devraient, en plus de l'augmentation rapide de la production intérieure et les exportations de certains produits, éviter le gaspillage d'intrants et permettre des gains d'économie d'échelles.

Dans le domaine du capital humain, l'Exécutif estime que l'amélioration de la qualité du capital humain, raccourcit le processus de réduction des coûts d'opération en Angola, d'où l’offre de formation tournée vers les Programmes dirigés définis.

Les retards enregistrés, ces derniers mois, dans le paiement de salaires des Entreprises publiques sont dus au fait que le Gouvernement effectue actuellement les paiements de façon prioritaire par secteur, en raison du volume très élevé des dépenses de l'Etat.

C'est ce qu'a déclaré mercredi, à Luanda, l'Administrateur de l'Institut pour le Secteur Entrepreneurial Public (ISEP), Sebastião de Sousa Júnior, ajoutant que l'Etat gérait le Budget Général avec le paiement par secteur prioritaire pour pouvoir couvrir les besoins et les dépenses nationales.

Le responsable, qui se confiait à la presse, au terme d'une visite de contrôle, a souligné que ces retards étaient également enregistrés dans les Institutions publiques, Ministères et Gouvernorats provinciaux, en raison du volume élevé des dépenses du pays.

Il a expliqué qu'au départ, le Budget général avait été élaboré sur la base de 45 dollars américains par baril de pétrole, mais actuellement le prix a baissé, et il est aussitôt devenu déficitaire, c'est-à-dire que l'Etat n'a pas d'argent pour couvrir toutes les dépenses en une seule fois, d'où il doit payer en fonction des priorités, de façon à répondre aux besoins de tous.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires