Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 06:12
La présidente brésilienne Dilma Rousseff a affirmé mardi à Brasilia que sa destitution porterait préjudice à la "stabilité politique du Brésil", lors d'une conférence de presse réservée aux correspondants étrangers.

"Elle n'apportera pas de stabilité politique au Brésil parce que c'est une rupture avec la base de la démocratie", le respect du suffrage universel, a déclaré l'impopulaire dirigeante de gauche. Visiblement éprouvée, moins combattive que d'habitude, Mme Rousseff s'est livrée à une longue plaidoirie pédagogique, parfois brouillonne, lors de sa première conférence de presse aux correspondants de presse étrangers.
Deux jours après qu'une majorité écrasante de députés (367 sur 513) ont ouvert la voie à son "impeachment", l'impopulaire dirigeante de gauche a même pour la première fois évoqué au futur sa possible destitution:
"Elle n'apportera pas de stabilité politique au Brésil. Pourquoi? Parce que c'est une rupture avec la base de la démocratie", a déclaré Mme Rousseff, rappelant avoir été réélue en 2014 par plus de 54 millions d'électeurs.
La procédure est à présent entre les mains du Sénat, qui pourrait écarter Mme Rousseff du pouvoir dès la première quinzaine de mai pendant un maximum de six mois par un vote à la majorité simple, en attendant un jugement final.
"Ce à quoi nous assistons n'est pas un processus d'impeachment, mais une tentative d'élection indirecte provenant d'un groupe qui n'aurait pas les conditions de se faire élire" à la régulière, a-t-elle.
Mme Rousseff visait son ex-allié devenu rival, le vice-président Michel Temer qui brigue ouvertement son fauteuil et consulte déjà en vue de former un gouvernement qu'il veut d'"unité nationale".

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires