Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 08:07
Le ministère des Relations Extérieures a réaffirmé la nécessité des autorités étrangères à s'abstenir des déclarations qui induisent la communauté internationale dans les interprétations négatives sur les décisions judiciaires angolaises.

Dans un communiqué d'éclaircissement, parvenu jeudi aux organes d'information, le ministère a réagi à la déclaration de la délégation de l'Union européenne en Angola faite après la condamnation de 17 citoyens à la prison ferme allant de 4 à 8 ans, coupables des actes préparatoires de rébellion et association des malfaiteurs.

Pour ce ministère, la déclaration de cette autorité internationale confirme une ingérence inacceptable dans les affaires intérieures d'un Etat souverain.

“Il est important de laisser que les tribunaux conduisent les processus dans la stricte observance de la loi et la liberté face à tout type de pressions", souligne le document, réitérant l'engagement du gouvernement angolais dans la promotion et protection des Droits de l'Homme dans le pays.

Il Indique que le compromis du gouvernement angolais est reconnu par le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies et par la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples, ainsi que l’Union Européenne elle-même, dans le cadre du mécanisme de dialogue "Chemin Conjoint".

Selon l'organe, une telle déclaration démontre une claire violation de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques et Consulaires qui stipule, entre autres, les paramètres d'agissement des Missions Diplomatiques accréditées dans un pays étranger.

Le document Informe selon la Constitution angolaise, les tribunaux jouissent d'indépendance dans l'exercice de leur fonction juridictionnelle, existant ainsi la séparation des pouvoirs, comme dans la plupart des pays, y compris ceux de l'Union Européenne.

“Le Ministère des Relations Extérieures a pris connaissance, avec quelque précaution, de la Déclaration de la délégation de l'Union Européenne en Angola sur la sentence du cas 15 +2, laquelle selon cette autorité, suscite des réserves en ce qui concerne le respect des garanties des procès et le principe de la proportionnalité" précise le ministère dans cette note.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires