Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 07:01
Les violences xénophobes se poursuivaient mardi en Zambie, pour la deuxième journée consécutive, gagnant d'autres bidonvilles de Lusaka où des centaines de personnes s'en prenaient aux maisons et magasins de ressortissants étrangers accusés de crimes rituels.

Malgré une intervention télévisée lundi soir du ministre de l'Intérieur Davis Mwila pour condamner les attaques commises par des "éléments criminels", les émeutes se sont propagées à une dizaine de bidonvilles de Lusaka, selon le gouvernement.
Mardi, des centaines de résidents caillassaient des maisons et des magasins de ressortissants étrangers notamment dans les quartiers de Misisi et Makeni South, deux townships de Lusaka, a constaté un journaliste de l'AFP.
Les violences se poursuivaient malgré l'interpellation de plus de 200 personnes. "Nous avons arrêté 211 suspects en lien avec les émeutes qui ont eu lieu à Lusaka hier (lundi) et 11 personnes suspectées d'avoir commis des crimes rituels", a déclaré Davis Mwila mardi à l'AFP.
Lundi, des centaines de personnes avaient déjà manifesté et détruit des magasins appartenant à des étrangers dans plusieurs bidonvilles de la capitale zambienne.
Certains casseurs avaient profité de ces émeutes pour voler de la nourriture ou du matériel électroménager tels que des réfrigérateurs, dans les magasins visés, selon le journaliste de l'AFP.
Effrayés, des étrangers ont trouvé refuge dans des commissariats de police. "Pour le moment, nous les autorisons à rester dans les commissariats, mais nous avons déployé la police dans de nombreux bidonvilles pour calmer la situation", a précisé le ministre de l'Intérieur.
Des réfugiés rwandais - dont la communauté est estimée à 6.400 en Zambie par l'ONU - tiennent des épiceries dans des quartiers pauvres de Lusaka et sont accusés d'être à l'origine de la mort récente de sept personnes dont les corps ont été retrouvés amputés de leurs oreilles, leur coeur ou leur pénis.
Cette vague d'attaques xénophobes intervient à quatre mois de l'élection présidentielle qui doit se tenir le 11 août.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires