Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 13:49
Un groupe d'entreprise de Matala, dans la province de Huila, prépare 514 hectares pour la culture du riz durant la campagne agricole 2016/2017, a informé lundi, l'administrateur municipal, Miguel António Paiva Vicente.

Miguel António Paiva Vicente, a affirmé que le projet, qui bénéficie de l’appui du Gouvernement angolais, a pour but de contribuer à l’accélération du processus de diversification de l’économie nationale.

Selon ce responsable, Matala a des ressources hydriques, énergétiques, terres arables et d’opportunités pour plus d‘investissements dans le secteur agropastoral et l’installation des industries transformatrices.

Il a souligné que le barrage hydroélectrique et un canal d’irrigation de plus de 42 kilomètres d’extension garantissent le développement durable des projets dans sa circonscription.

La municipalité de Matala se situe à 180 kilomètres à l’Est de Lubango, chef-lieu de la province de Huilla et a une population estimée à 243. 938 habitants, d’après les données du recensement de 2014.

A noter aussi que plusieurs champs agricoles avec diverses cultures ont été détruits dans les municipalités de Chitembo et Camacupa, province de Bié, par des hippopotames et des éléphants.

C’est ce qu’a informé lundi le président de l'Union nationale des paysans angolais (Unaca) à Bié, Mariano Sassoma quand il parlait des dégâts causés par les animaux.

Selon Mariano Sassoma, les hippopotames et les éléphants dévastent surtout des champs de manioc, maïs et de riz, appelant les administrations locales et le secteur agricole à trouver un mécanisme pour effrayer les animaux.

Le responsable a indiqué que malgré la dévastation, les paysans étaient toujours animés, espérant une récolte satisfaisante.

Dans la saison en cours (2015/2016), le gouvernorat provincial de Bié a investi dans l'agriculture familiale, ayant remis aux agriculteurs des engrais et des semences.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires