Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 06:35

Une manifestation a été organisée jeudi à Mexico. Les participants demandaient la démission d'Enrique Peña Nieto.

Plusieurs milliers de manifestants ont défilé jeudi à Mexico pour exiger le départ du président Enrique Peña Nieto, dénonçant la corruption et les violence liées au trafic de drogue et lui reprochant d'avoir accueilli le candidat républicain Donald Trump.

Scandant «Démission maintenant» et agitant des drapeaux mexicains noircis, les manifestants ont avancé en direction du Palais national où le président devait célébrer dans la soirée le «grito», le cri de l'indépendance poussé en 1810.

Des forces de police anti-émeute avaient été déployées aux abords de la place du Zocalo pour empêcher les manifestants de perturber la cérémonie organisée à l'occasion des fêtes d'indépendance.

Les parents des 43 étudiants disparus en 2014 s'étaient joints à la manifestation qui rassemblait une foule dénonçant la corruption, les violence liées au trafic de drogue et l'accueil réservé au candidat républicain Donal Trump par le président mexicain le 31 août.

«Nous n'avons pas de raison de crier 'Vive le Mexique'. Il y a des milliers d'injustices» déplorait Cristina Bautista, mère d'un des 43 élèves-enseignants de l'école d'Ayotzinapa disparus il y a deux ans.

«Il en manque 43. Crime d'Etat!» pouvait-on lire sur certaines pancartes des manifestants. «Nous sommes indignés et honteux que Trump soit venu ici comme un chef d'Etat» regrettait de son côté Ismael Padilla, 49 ans, principal-adjoint d'un collège.

Le candidat républicain à la Maison Blanche avait irrité les Mexicains en exigeant que leur gouvernement paie pour un mur entre les deux pays et en qualifiant les migrants de «violeurs».

Peña Nieto, qui a pris ses fonctions en décembre 2012, a vu sa popularité s'effondrer à 23% d'opinions positives, selon un récent sondage du quotidien Reforma.

La controversée visite de Donald Trump, le 31 août, a suscité l'indignation d'une grande partie des Mexicains et poussé à la démission le ministre des Finances Luis Videgaray, instigateur supposé de la venue à Mexico du candidat républicain à la Maison Blanche. Etudiants disparus

Mercredi, c'était au tour du responsable de l'enquête sur la disparition des 43 étudiants, Tomas Zeron, de présenter sa démission.

Son départ avait été demandé par les parents des étudiants après que des experts indépendants de la commission interaméricaine des droits de l'homme eurent pointé plusieurs irrégularités dans son enquête.

La disparition des 43 étudiants en 2014 avait provoqué un tollé international et une grave crise politique deux ans après l'élection d'Enrique Peña Nieto aux fonctions de président.

Elle avait aussi mis en lumière le fléau des disparitions au Mexique, estimé à environ 28.000 cas.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires