Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 16:07

Les "fossoyeurs" de l'échec programmé de la Gauche à la Présidentielle 2017 sont à l'oeuvre.
 Elle ne gagnera pas désunie. Divisée, éparpillée, cette gauche-là est condamnée et se meure avant même de participer à cette élection déterminante. Il ne faudrait pas se plaindre car elle l'aurait voulue. A qui la faute ? Tous, responsables ! En se déchirant comme elle le fait, les partis PS, la gauche radicale, PCF, les Verts ne savent plus quelle valeur ils défendent.

Les Socialistes ont inventé les "frondeurs" au gouvernement de Manuel Valls, sous la présidence de François Hollande, et qui ont tous quitté le navire qui commençait à tanguer. Faute de pouvoir consolider l'unité, ils étaient tous perdus. Le gouvernement n'a pas voulu les écouter, ni les retenir. François Hollande ? Il a trahi la Gauche et la politique à laquelle il a été élu. Les militants ne comprennent plus rien. Les électeurs, non plus. A l'approche des échéances, les défections au sein du parti gouvernemental se poursuit. On murmure que même le premier ministre manifeste son impatience et pourrait se présenter lui-même à la candidature pour la Présidentielle 2017.

Comme d'autres qui ont larguer les amarres, (Emmanuel Macron précédé par le groupe des "frondeurs" Arnaud Montebourg, Bénoît Hamon, Filippetti, Cécile Duflot, sans oublier le "troublion" Jean-Luc Mélenchon (qui est allé rejoindre les extrêmistes de gauche et veut rallier les communistes pour son combat contre Hollande et consorts). Claude Bartolone, l'actuel président de l'assemblée nationale, qui n'a pas supporté la publication du livre ( "Un président ne devrait pas dire cela", paru cette année 2016 aux Editions du Stock, et écrit par deux journaliste du 'Monde', Gérard Davet/Frabrice LHomme) dans lequel François Hollande parle de tout et de tous, ce qui a provoqué le courroux de tous. A ce rythme-là, ne parlons plus de l'union de la gauche.

Le bateau "gauche" dérive à la mer, faute d'un capitaine capable de tenir la barre et surtout de bien connaître la boussole. Seul à bord de ce navire qui tangue vers la dérive, François Hollande est plus seul que jamais. En réalité, tous ses soutiens d'hier ont commencé à lâcher le président Hollande. Certains se disent se présenter à la place de ce dernier aux élections présidentielles en 2017. Tout cela fragilise encore plus la gauche. On voit mal comment ils peuvent gagner au mois d'avril prochain.

Quelques irréductibles y croient encore et s'accroche à François Hollande, tout en sachant qu'il sera difficile pour lui de se présenter et capable de gagner ce deuxième mandat. Ils croient encore à  l'utopie de la gauche et qu'elle pourrait à nouveau être réalisable, sans vraiment trop y croire au vu de l'actuelle situation. Le miracle n'opère qu'une fois. Il ne pourra plus gagner, le président Hollande.

La Droite, quant à elle, s'est bien organisée depuis le choix de la Primaire, le dimanche 27 novembre et tous se placent derrière le candidat élu, François Fillon. Débarrassé du prétentieux Sarkozy, la droite est plus unie que jamais pour gagner la bataille présidentielle de 2017.

Les militants de gauche ont perdu la boussole. Ils n'y croient plus, faute d'un véritable leader de gauche qui pourra battre à la fois, et la Droite et l'Extrême-Droite.

Les "fossoyeurs" de gauche seront les seuls responsables de cette défaite. Car, l'unité semble impossible. Qu' y a-t-il encore de commun entre eux ? Mélenchon, Montebourg, Valls, Macron, Sylvia Pinel, Bartelone, Hamon, Aubry, Cambadélis, ou encore les Verts-Ecologiques, les Communistes, et les Socialistes ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article

commentaires