Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 10:52

Non, la Suisse n'est pas qu'un simple coffre-fort pour l'argent des étrangers. Les explications de notre partenaire Xerfi Canal.

« Si vous voyez un banquier suisse sauter par la fenêtre, suivez-le, il y a certainement de l’argent à se faire », aurait dit Voltaire. C’est dire que certaines idées reçues ont la vie dure. Et dans notre cas, celle d’une Suisse qui s’en tire en siphonnant l’épargne du monde entier, principalement celle des riches Européens, grâce à une fiscalité attractive et au secret bancaire. Sauf que cela ne cadre pas totalement avec une donnée macro-économique majeure : la balance commerciale. Elle est excédentaire alors que le pays n’a ni ressources naturelles, ni accès à la mer et doit composer avec une monnaie forte et un coût du travail élevé.

Les excédents extérieurs sont pourtant bien là. Ils n’ont cessé d’augmenter depuis le début des années 2000, pour représenter quasiment 5% du PIB. Bien sûr, la Suisse profite, elle aussi, de la baisse du prix du pétrole. Mais ses excédents s’expliquent d’abord par les performances exceptionnelles de quelques secteurs phares. En disant cela, je pense notamment à l’industrie pharmaceutique. Je pense aussi aux positions fortes de la Suisse dans l’industrie des machines et de l’électronique, dans l’horlogerie, dans les instruments de précision, la métallurgie, la bijouterie-joaillerie et l'agro-alimentaire. De surcroît, au-delà de ses grands groupes emblématiques, la Suisse, dispose surtout d’un tissu très dense de PME tournées vers l’extérieur : 12,3% d’entre elles exportent contre 4,6% en France. Avec ce souci permanent : développer des produits de niche, haut de gamme, permettant de pratiquer des prix élevés.

Selon le World Economic Forum, la Suisse serait même l'économie la plus compétitive au monde depuis 7 ans, devançant Singapour et les Etats-Unis. Et de citer parmi ses principaux atouts : la transparence des institutions, la capacité d’innovation et de recherche, l’excellence de la coopération entre le privé et le public, l’efficacité du marché du travail, le système éducatif, les infrastructures. J’y ajouterai pour ma part la fiscalité des entreprises et le développement des marchés financiers. Car s’il faut tordre le cou aux idées reçues, ne soyons pas naïf. La Suisse s’en tire aussi grâce à la force de son système bancaire. Le secteur financier contribue directement à la création de plus de 10% du PIB et emploie 6% environ de la population active. C’est deux fois plus qu’en France. Et encore ces chiffres ne mesurent pas les effets d’entrainement sur les autres secteurs... (Challenge.fr)

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 10:48

Un Airbus A321 d'une compagnie charter russe reliant Charm el-Cheikh en Egypte à Saint-Pétersbourg en Russie avec 224 personnes à bord s'est écrasé samedi dans le Sinaï égyptien. Cet accident a été revendiqué par la branche égyptienne du groupe djihadiste Etat islamique (EI) samedi dans la journée. «Les soldats du Califat ont réussi à faire tomber un avion russe dans la province du Sinaï transportant plus de 220 croisés qui ont tous été tués», a affirmé le groupe extrémiste dans un communiqué posté sur sur ses comptes habituels Twitter. Dans son communiqué, l'EI dit agir en représailles aux "dizaines de morts (causés) quotidiennement par les bombardements" des avions russes en Syrie.

«Cette information ne peut être considérée comme exacte», a commenté le ministre des Transports Maxime Sokolov, cité par les agences russes. «Nous nous trouvons en contact étroit avec nos collègues égyptiens et les autorités aériennes de ce pays. A l'heure actuelle, ils ne disposent d'aucune information qui confirmerait de telles insinuations», a-t-il ajouté.

Plusieurs experts militaires interrogés par l'AFP estiment que les insurgés de l'EI, dont le nord du Sinaï est le bastion, ne disposent pas de missiles capables d'atteindre un avion à 30 000 pieds, mais n'excluent pas la possibilité d'une bombe à bord ou qu'il ait été atteint par une roquette ou un missile alors qu'il redescendait à la suite de défaillances techniques. Le contact avec le charter de la compagnie russe Kogalymavia, plus connue sous le nom de Metrojet, a été perdu 23 minutes après son décollage à l'aube de l'aéroport de Charm el-Cheikh, au bord de la mer Rouge, alors qu'il volait à une altitude de plus de 30 000 pieds (9 144 mètres) et après que le capitaine de bord s'est plaint d'une défaillance technique des équipements de communication, selon un responsable de l'autorité de contrôle de l'espace aérien en Egypte.

Depuis la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, les jihadistes ont multiplié les attentats visant les forces de sécurité, notamment dans le nord de la péninsule du Sinaï, où des centaines de policiers et de soldats ont été tués dans des attaques spectaculaires.

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 09:43

Les deux dirigeants ont dénoncé avec gravité "l'érosion brutale du respect du droit humanitaire" dans une multitude de conflits actuels en s'adressant conjointement aux journalistes au Palais des Nations. Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer a averti que "70 ans après la création de l'ONU, 50 ans après l'adoption des principes d'humanité par la Croix-Rouge, le monde est à un tournant".

Les deux responsables ont fermement condamné les récentes attaques répétées contre des hôpitaux et le personnel médical, en particulier les installations de Médecins sans frontières (MSF) à Kunduz en Afghanistan et au Yémen, "un crime contre l'humanité". "Assez c'est assez. Même les guerres ont des règles. Il faut les appliquer", a affirmé le secrétaire général de l'ONU.

"Si les Etats, les autres acteurs et la communauté internationale dans son ensemble n'agissent pas de manière responsable maintenant, il y aura des millions de victimes supplémentaires", a mis en garde Peter Maurer. "Les guerres sans limites sont des guerres sans fin, cela doit s'arrêter", a dit M. Maurer.

"Dans les conflits armés en Afghanistan, en Irak, au Nigeria, au Soudan du Sud, au Yémen et ailleurs, les combattants défient les normes les plus élémentaires de l'humanité. Chaque jour, il est question de civils tués ou blessés en raison de violations des règles de base du droit humanitaire international, en toute impunité", a déploré le président du CICR.

Dans leur "avertissement conjoint", les deux dirigeants demandent aux Etats de redoubler d'efforts afin de trouver des solutions durables aux conflits et de mener des actions concrètes dans ce but.

Ils les exhortent à utiliser tous les moyens à leur disposition pour exercer une influence sur les parties impliquées dans des conflits afin qu'elles respectent le droit, y compris en menant des enquêtes efficaces sur les violations du droit international, en s'assurant que les responsables rendent des comptes, et en mettant au point des mécanismes effectifs pour améliorer le respect du droit.

Ban Ki-moon et le président du CICR demandent dans cette déclaration commune aux Etats de condamner ceux qui commettent des violations graves du droit humanitaire international, telles que les attaques délibérées contre les civils et les infrastructures civiles. Les gouvernements doivent assurer l’accès sans entraves aux missions médicales et humanitaires et protéger le personnel médical.

Ils doivent aussi fournir protection et assistance aux personnes déplacées et aux réfugiés qui fuient l’insécurité. Il faut les aider à trouver des solutions à long terme, tout en apportant un soutien aux pays et aux communautés d’accueil. L'ONU et le CICR exigent aussi qu'il soit mis un terme à l'utilisation d'armes lourdes et hautement explosives dans les zones fortement peuplées.

Peter Maurer et Ban Ki-moon ont enfin appelé la 32e conférence internationale de la Croix-Rouge prévue en décembre à Genève et le sommet humanitaire mondial en mai prochain à prendre des mesures concrètes pour protéger les civils touchés par les conflits. -ats-

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 09:15
Le respect et la fraternité ont été fondamentales pour le renforcement des relations entre l’Angola et Cuba qui, depuis 1975, n’épargnent aucun effort dans la préservation de l’autodétermination des peuples et dans le développement des respectifs pays.

C’est ce qu’a affirmé vendredi dernier, à Luanda, le premier ambassadeur cubain en Angola, Oscar Oramas, qui séjourne à Luanda à l’invitation de la Ligue Africaine pour orienter une conférence sur l’indépendance nationale, dans le cadre des 40 ans de la souveraineté angolaise, à signaler le 11 novembre prochain.

Le diplomate cubain a mis en relief la détermination des Angolais dans la conquête et préservation de l’indépendance, comme un espace fondamental constaté tout au long de sa mission en Angola.

« Malgré la mort de plusieurs citoyens cubains dans les différents fronts de bataille en Angola, Cuba sent avoir accompli une dette avec l’humanité, car plusieurs citoyens étrangers, dont Maxime Gomes et Ernesto Che Guevara, ont lutté pour l’indépendance cubaine », a-t-il expliqué.

D’autre part, il a dit que son grand souhait était de rendre un hommage au premier président de l’Angola, Antonio Agostinho Neto, décédé le 10 septembre 1979, vue sa grande figure de l’homme intègre et de grandes idéaux.

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 08:10

Elle est la plus jeune suisse qui siègera dès cette année 2015 au Parlement hélvétique, à Berne. Brillamment élue aux élections fédérales, Lisa Mazzone représente l'avenir de l'Ecologie à Genève. Si peu de monde le connaissait, elle ne tardera pas à se faire un nom dans le paysage suisse et dans le monde politique. Une vingtaine d'année seulement, la voilà propulsée "Conseillère nationale" dans la capitale suisse, Berne, pour aller travailler avec les plus chevronnés des politiciens de ce pays. https://fr.wikipedia.org/wiki/Lisa_Mazzone

http://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/2890-lisa-mazzone-nouvelle-conseillere-nationale.html#.VjW_A25ZgkI ; https://www.youtube.com/watch?v=YK_zMSCjtu0

https://www.youtube.com/watch?v=wRSoA08YSUU ; http://www.lemanbleu.ch/replay/video.html?VideoID=28120 ; http://www.rts.ch/play/tv/26-minutes/video/lentretien-de-la-redaction-lisa-mazzone?id=7197330 ; http://www.rts.ch/play/tv/couleurs-locales/video/ge-coup-de-projecteur-sur-le-quartier-des-libellules?id=4980844 ; http://www.leslibellules.ch/actualites.aspx ; http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/simonetta-sommaruga-visite-quartier-libellules/story/22926571 ;

On la présente souvent comme une jeune femme de conviction écologique. S'il y a une chose que l'on remarque immédiatement chez Lisa Mazzone, c'est son visage, qui semble façonné par une sérénité et une bonne humeur inaliénables. Cette jeune femme se dit dynamique, elle aime prendre part aux débats de société et collaborer avec les gens. Elle n'aime pas: les bouchons et la vidéosurveillance. De nature curieuse, elle s'intéresse à un grand nombre de choses, auxquelles elle ne peut souvent pas s'empêcher de participer.

Titulaire d'un bachelor en lettres à l'UNIGE (diplôme qu'elle vient d'obtenir), Lisa Mazzone est actuellement coordinatrice de Pro Velo, une association (aussi nommée - péjorativement - le lobby des cyclistes) visant à promouvoir l'utilisation de la bicyclette comme moyen de transport ordinaire.

Elle est issue d'une famille au mode de vie particulièrement écologique : utilisation minimum d'électricité, tri des déchets, compost, pas de déplacements en avion, panneaux solaires, poêle à pellets... Les Mazzone semblent tout connaître des comportements les plus respectueux de la nature; Lisa Mazzone fut de ce fait baignée dans le monde de l'écologie depuis son plus jeune âge. Son père, très engagé contre l'énergie nucléaire, était Conseiller municipal à Versoix pendant plusieurs années. Elle fonda, de son côté, le Parlement des Jeunes de Versoix, lui permettant de découvrir le monde de la politique apartisane et citoyenne, à travers de multiples projets qui lui ont appris que même un zeste de volonté permet de faire avancer les choses. En 2008, elle rejoignit le Parti Ecologiste genevois (les Verts), au nom duquel elle fut élue en 2011 au Conseil municipal du Grand-Saconnex (une fonction de laquelle elle a démissionné en raison d'un déménagement).

Lorsqu'il s'agit de défendre sa candidature, elle reste humble: "je suis quelqu'un avec des convictions fortes, dirigées sur les questions écologiques et sociales; si elles parlent aux gens, je suis à même de les défendre." Elle fait valoir son expérience au Conseil municipal du Grand-Saconnex, à majorité de droite, qui lui a appris comment faire progresser ses idées de manière consensuelle. De plus, elle estime que sa jeunesse et le dynamisme qui l'accompagne sont autant d'atouts qu'elle possède dans le cas où elle serait élue et ainsi amenée à réaliser le travail parlementaire du Grand conseil.

Elle estime que c'est le devoir d'un politicien de savoir formuler des propositions sur tous les aspects de la société: "un projet de société se construit sur l'ensemble des thématiques". Ainsi, elle affirme s'intéresser à tous les sujets. Cependant, elle se considère évidemment plus proche, en raison de son parcours de vie, de certaines thématiques comme la mobilité, l'aménagement, l'énergie, la souveraineté alimentaire ou encore l'égalité entre hommes et femmes. Elle est également sensible à la nécessaire globalité des réflexions politiques, notamment celle que proposent les Verts de l'agglo. Mais si elle ne pouvait faire adopter qu'un seul projet, elle mettrait la priorité sur l'instauration d'un congé parental, pour permettre aux hommes d'être davantage présents dans la sphère privée (car là où on a favorisé l'accès des femmes à la sphère publique, le transfert partiel des hommes dans la vie familiale et privée a été omis). Ce congé parental (qui existe aussi dans d'autres pays), plus long que le dérisoire congé maternité, favoriserait l'égalité des sexes, assure Lisa Mazzone.

Interrogée quant à son regard sur la vie politique actuelle, elle a l'impression que le climat s'est détérioré depuis plusieurs années, comme l'avait notamment montré la saga des blocages partisans contre le projet de vélos en libre-service (alors que le fond du projet faisait l'objet d'un accord général!). A la question de savoir qui sont ses adversaires politiques, Lisa Mazzone répond: "les personnes avec lesquelles on ne peut pas discuter, qui monopolisent la majorité [...] qui défendent la voiture et les véhicules motorisés de manière dogmatique [...] qui refusent des faits réels (les atteintes à l'environnement, à la qualité de vie, à la planète... Comment peut-on réellement défendre l'hégémonie de la voiture dans ce cas?)." En résumé, elle a tendance à être en désaccord principalement avec des personnes qui tendent vers le chacun pour soi, qui ont une vision individualiste ou qui remettent en question les droits de l'homme (au niveau de l'égalité entre hommes et femmes par exemple, elle critique ceux qui s'en prennent au remboursement de l'avortement pour des raisons financières ou autres).

Pour Lisa Mazzone, Genève est tout d'abord un endroit où il fait bon vivre. Cependant, il y circule beaucoup trop de voitures. Elle estime que l'on pourrait vraiment y améliorer la qualité de vie, tout comme dans la région transfrontalière (pourquoi s'arrêter aux frontières suisses?). Selon elle, il faut relever un défi: "trouver un équilibre permettant d'avoir un environnement sain, qui permette de limiter les déplacements et qui permette de vivre de manière sereine." Ainsi, sa principale crainte pour Genève est de voir s'accentuer les effets du réchauffement climatique, par le biais notamment de la pollution atmosphérique que provoquent les voitures et les nombreux vols low-cost. (TdG). Genève : https://www.youtube.com/watch?v=8o8Ar-c9WwI

On peut être jeune et demeurer intéressante : https://www.youtube.com/watch?v=vqRBDopJ3Ts

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 08:00
Michelle Obama se rendra au Qatar et en Jordanie début novembre pour promouvoir l'accès des filles à l'éducation, un combat dans lequel elle est très investie depuis plusieurs années, a annoncé mercredi dernier la Maison Blanche.

A Amman, la première dame des Etats-Unis visitera une école construite avec le soutien technique et financier de l'agence américaine d'aide USAID et saluera, à cette occasion, l'engagement de la Jordanie "en faveur de l'éducation de tous les enfants qui vivent sur son territoire", souligne l'exécutif américain.
En raison du conflit en Syrie voisine, nombre d'écoles jordaniennes accueillent des élèves syriens dans leurs classes. La Jordanie accueille plus de 600.000 réfugiés syriens selon le haut commissariat pour les réfugiés de l'ONU (HCR).
Au Qatar, Mme Obama s'exprimera à l'occasion du Sommet mondial sur l'innovation dans l'éducation (WISE). Elle rendra également visite à des militaires américains sur la base aérienne d'Al-Udeid.
Au cours de ce voyage qui se déroulera du 1er au 7 novembre, la First Lady visitera par ailleurs les ruines de l'ancienne cité nabatéenne de Petra en Jordanie.

https://www.whitehouse.gov/administration/first-lady-michelle-obama .

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 07:57
Le prochain président de la Chambre des représentants américaine, Paul Ryan, est un ex-jeune loup du parti républicain, un ultra-libéral qui cultive une réputation cérébrale mais qui est animé d'une évidente ambition politique.

A 45 ans, Paul Ryan a été désigné mercredi par le groupe républicain de la Chambre pour être candidat le lendemain au poste de "Speaker", et devenir le leader du parti républicain au Congrès jusqu'à la fin du mandat de Barack Obama -- appelé à succéder au président et au vice-président en cas de vacance ou d'empêchement.
Avec ce jeune père de trois enfants, les républicains choisissent un porte-parole télégénique, bien qu'au débit un peu mécanique, mais aussi un idéologue influencé par les penseurs néoclassiques et libertaires, convaincu de l'extravagance de l'Etat fédéral moderne et déterminé à réduire les dépenses et éliminer le déficit.
"Notre combat, ne vous y trompez pas, est un combat entre l'individualisme et le collectivisme", dit-il en 2005 dans un discours à des fans de l'écrivain Ayn Rand, héroïne des libertaires, selon le New Yorker.
La radicalité de ses propositions a dérangé y compris au sein de son parti, notamment la privatisation du système public de retraite et de celui de l'assurance-maladie pour les plus de 65 ans, des vaches sacrées américaines.
Mais en dix ans, Paul Ryan s'est progressivement imposé comme le Monsieur Budget des républicains -- le Monsieur Austérité aussi, disent les démocrates.
Et c'est lui que Mitt Romney, candidat républicain à la Maison Blanche en 2012, choisit comme colistier. "Avec son énergie et sa vision, Paul Ryan est devenu un leader intellectuel du parti républicain", dit-il alors.
Paul Ryan est né le 26 janvier 1970 à Janesville, petite cité du Wisconsin où les Ryan, d'origine catholique irlandaise, sont installés depuis quelques générations.
Il vit encore aujourd'hui dans le quartier où il a grandi, et entend continuer à revenir chaque week-end de Washington pour retrouver sa femme Janna, leur fille et leurs deux fils.
Au lycée, il est élu président de sa promotion, son premier mandat. Il entre en 1988 à l'université Miami dans l'Ohio où, selon la légende, il se passionne pour la science économique. De 1992 à 1997, il travaille pour un sénateur républicain à Washington puis l'organisation fondée par l'influent conservateur Jack Kemp, Empower America, qui le prend sous son aile.
Paul Ryan revient dans son Wisconsin natal où il est élu facilement à la Chambre des représentants, en 1998. Il n'a que 28 ans. Il a depuis été réélu huit fois.
S'il se fait une réputation dans les cercles conservateurs durant la fin des années Bush, le grand public le découvre lorsque Mitt Romney le sélectionne à l'été 2012. Il est alors président de la commission du Budget de la Chambre, et avait donné la réponse officielle du parti au discours sur l'état de l'Union de Barack Obama en janvier 2011, juste après la reconquête républicaine à la Chambre.
Sa musculature passionne les médias: Paul Ryan est un fanatique du programme de musculation P90X. Ses biceps proéminents en témoignent quand l'élu fait campagne pour le très sage grand-père Romney.
L'élu affirme que ses plaisirs sont simples: sa famille d'abord, qu'il implique dans son autre passion de jeunesse, la chasse. Il y initie dès 10 ans sa fille, à qui il a acheté sa première Winchester pour Noël 2012.
Sur les questions de sociétés comme l'avortement ou le mariage homosexuel, il est dans l'orthodoxie conservatrice, fermement opposé.
Son défi, à la tête du tumultueux groupe républicain, sera au cours des 15 prochains mois, jusqu'aux élections de novembre 2016, de passer de l'homme d'idées à l'homme d'actions, capable de réconcilier les deux ailes du parti républicain, les modérés et les intransigeants du Tea Party, afin de faire de la Chambre une vitrine électorale.
Paul Ryan a dit publiquement hésiter avant d'accepter cette mission pleine de chausse-trappes, qui risquerait d'entacher sa pure réputation. Ce qui l'a décidé, selon lui, est d'imaginer ses enfants lui demandant, plus tard: "Pourquoi ne t'es-tu pas battu pour mon avenir quand tu en as eu l'occasion?"
"Personne ne veut avoir à répondre à cette question", a justifié Paul Ryan la semaine dernière.

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 10:18
Plus de 15 millions de téléspectateurs ont regardé le premier débat démocrate pour la présidentielle de 2016 mardi soir, un record pour le parti mais loin derrière les audiences monstres des joutes républicaines dopées par Donald Trump, a annoncé CNN mercredi.

La confrontation à Las Vegas entre l'ancienne secrétaire d'Etat Hillary Clinton, qui a consolidé son statut de favorite face à son principal adversaire, le sénateur du Vermont (nord-est) Bernie Sanders, ainsi que trois autres candidats à l'investiture démocrate qui plafonnent à 1% des intentions de vote a réuni 15,3 millions de personnes devant la chaîne CNN.
Ce nombre dépasse les attentes des spécialistes des médias, qui avaient prédit un score à un chiffre, sous les 10 millions. Il s'agit d'une audience record pour un débat des primaires démocrates.
Il est toutefois loin derrière les 24 millions de téléspectateurs qui avaient regardé sur Fox News le 6 août le premier débat des principaux candidats républicains, emmenés par le magnat de l'immobilier Donald Trump, qui enchaîne les déclarations choc depuis son entrée dans la course.
Ce débat avait établi, de loin, le record d'audiences pour un débat des primaires, tous partis et toutes présidentielles confondus.
Le deuxième débat républicain, diffusé sur CNN mi-septembre, avait lui rassemblé 22,9 millions d'Américains, meilleure audience pour la chaîne sur les 30 dernières années.
La société Nielsen, qui donne les chiffres officiels de l'audimat américain, devait fournir ceux du débat démocrate plus tard mercredi.
L'audience surprise aurait probablement été encore supérieure si le vice-président américain Joe Biden - qui hésite encore à se lancer dans une troisième campagne - avait décidé d'annoncer sa candidature et participé au débat de mardi.

....................................................................................................................................................

https://www.youtube.com/watch?v=d3-CSEbf6SA ; https://www.youtube.com/watch?v=crgdTPPqN3o ; http://www.24heures.ch/monde/hillary-clinton-domine-premier-debat-democrate/story/14360512

http://www.france24.com/fr/20151014-etats-unis-hillary-clinton-domine-le-premier-debat-democrate

http://www.itele.fr/monde/video/hillary-clinton-confortee-par-le-premier-debat-democrate-140077

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 10:01
Le chef du Hezbollah chiite libanais Hassan Nasrallah a soutenu mercredi les attaques de Palestiniens contre des Israéliens, les qualifiant de "résistance et d'intifada".

"Je réitère mon soutien absolu aux droits des Palestiniens et à leur intifada", a déclaré Hassan Nasrallah sur la chaîne du mouvement chiite Hezbollah Al-Manar.
"Il est de notre devoir à tous de soutenir les Palestiniens, de les aider autant que possible et de reconnaître qu'ils n'ont... pas d'autre choix que celui de la résistance et de l'intifada", a-t-il affirmé.
Selon M. Nasrallah, les Palestiniens répondent aux "provocations des Israéliens" et cherchent à éviter "que la mosquée al-Aqsa ne soit judaïsée".
Ses propos interviennent après un regain de violences entre Israéliens et Palestiniens depuis le 1er octobre, qui fait craindre une troisième intifada. Deux nouvelles attaques au couteau contre des Israéliens ont eu lieu mercredi à Jérusalem.
En 2006, Israël a mené une guerre d'un mois contre le Hezbollah, qui a causé la mort de plus de 1.200 personnes au Liban, civils pour la plupart et celle de quelques 160 Israéliens, soldats pour la plupart.

L'armée syrienne, aidée par les raids aériens russes et des miliciens au sol, progressait dimanche face aux rebelles tandis l'armée irakienne affirmait avoir bombardé un convoi du chef de l'organisation Etat islamique.

Au douzième jour de l'intervention russe à la rescousse du président syrien Bachar al-Assad, les forces du régime ont gagné du terrain sur deux axes: dans la province centrale de Hama, vers la route internationale Damas-Alep, et sur les collines de Lattaquié, dans l'ouest.

.....................................................................................................................................................

http://www.lorientlejour.com/article/948382/offensive-terrestre-de-larmee-dans-le-nord-ouest-de-la-syrie.html

http://www.rts.ch/info/monde/7158723-l-armee-de-bachar-al-assad-progresse-grace-au-soutien-aerien-russe.html?rts_source=rss_t

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 21:17
Le couteau sorti d'un sac ou d'une chemise est devenu l'arme et le symbole de la confrontation des Palestiniens contre les Israéliens, avec un impact psychologique fort même si ces attaques n'ont fait que deux morts jusque-là.

"Le terrorisme au couteau ne nous vaincra pas", a lancé le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'ouverture d'une nouvelle session du Parlement placée sous le signe des violences qui secouent Israël et les Territoires palestiniens occupés depuis 12 jours.
Les images des couteaux, qu'ils soient de simples couteaux de cuisine ou de véritables surins de combat à lame crantée -en passant par un tournevis et même un épluche-légumes-, font depuis dix jours le tour des réseaux sociaux et des médias israéliens et palestiniens.
Policiers et témoins présents lors des attaques ont pris l'habitude de dégainer leur téléphone portable en quelques secondes pour filmer la scène de l'agression et parfois l'arme utilisée, encore ensanglantée.
"Il s'agit d'un objet du quotidien que tout le monde a chez soi ou qui est disponible partout, qui ne demande aucun entraînement et qui est facilement dissimulable", résume le Professeur Shaul Kimhi, psychologue et spécialiste des situations de stress et de résilience liée au "terrorisme".
"Une attaque au couteau n'a pas pour fonction première de tuer mais d'abord de faire peur et le but est atteint. Les Israéliens sentent le danger même s'il n'est pas proportionnel à la menace", ajoute-il.
Depuis le 3 octobre, 19 attaques ou tentatives d'attaques à l'arme blanche ont été perpétrées, dans la quasi-totalité par des Palestiniens hommes ou femmes. Loin des bains de sang causés par les attentats à la bombe de la deuxième Intifada, elles ont tué deux Israéliens. Dix agresseurs présumés ont été abattus. L'un des agresseurs blessés lundi à Jérusalem-Est avait seulement 13 ans.
Les Israéliens sont habitués à développer des solutions techniques pour faire face aux menaces, comme le bouclier anti-missiles Dôme de fer contre les roquettes. Ils sont pris de court par ce mode opératoire qui n'est pas nouveau, mais s'emploie à un rythme inédit.
"Nous avons à faire à des individus qui utilisent la plus basique des armes de terrorisme qui existe, et on ne peut pas faire la chasse aux couteaux. Il n'existe donc aucune réponse sécuritaire à cette crise", dit à l'AFP Miri Eisin, ancienne colonel du renseignement militaire israélien.
A la télévision israélienne, des spécialistes de l'autodéfense sont invités en plateau pour montrer des parades spécifiques.
"Le plus important, c'est de créer une 'zone stérile', d'éloigner le couteau le plus loin possible de votre corps, par exemple avec cette clé de bras", explique en direct un intervenant en tordant le poignet de celui qui simule son agresseur.
Les services de secours du Magen David Adom ont, eux, diffusé un tutoriel (une vidéo pédagogique) pour apprendre au public les gestes qui sauvent. Ils rappellent qu'il ne faut pas toucher à la lame enfoncée dans la victime pour ne pas aggraver l'hémorragie.
Sur les réseaux sociaux palestiniens, certains parlent d'une "Intifada des couteaux" et le chef du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a salué "les héros au couteau" dans un prêche.

L'usage du couteau est à l'image d'un mouvement spontané de jeunes qui ont répudié leurs dirigeants. Le désespoir apparent de ceux qui manipulent l'arme blanche et doivent bien imaginer qu'ils vont au-devant de la mort reflète celui d'une grande part de cette génération.
Mohammad Halabi, 19 ans, se disait prêt à mourir sur sa page Facebook au nom d'une "troisième intifada" avant de tuer deux Israéliens à coups de couteau dans la Vieille ville de Jérusalem et d'être ensuite abattu.
"Hé les occupants! Avec un couteau, pas de sirène d'alarme pour vous prévenir", écrit un internaute palestinien.
En réponse, c'est aussi sur les réseaux sociaux que les Israéliens exorcisent la peur en maniant l'humour noir. Comme sur la photo de cet homme affublé d'une armure artisanale, le visage crispé sur le pas de sa porte avec pour légende: "Chérie je sors juste les poubelles et je reviens".
En revanche, les Israéliens ont été choqués de voir passer à Tel-Aviv la semaine dernière un couteau de 3 mètres de long enfoncé dans une réplique géante de tomate rougeoyante, le tout juché sur la plateforme d'un camion.
Il s'agissait d'une campagne publicitaire du coutelier Arcos. Aux premières plaintes du public, il a remisé son camion et présenté ses excuses en assurant qu'il s'agissait d'un timing malencontreux et qu'il n'avait en aucun cas "songé à faire une exploitation cynique de cette situation si triste".

Israël a installé mercredi des postes de contrôle autour de Jérusalem-Est, parmi une série de mesures destinées à stopper une vague d'attentats qui a franchi un nouveau palier et dont la plupart des auteurs sont issus de cette partie palestinienne de la ville.

S'adressant aux Palestiniens, pour la première fois depuis le début il y a deux semaines des dernières violences, le président palestinien Mahmoud Abbas a dit soutenir un mouvement "pacifique" et affirmé "le droit à nous défendre" contre l'occupation israélienne.
La mort mardi de trois personnes dans deux attentats anti-israéliens, dont la première attaque à l'arme à feu dans un bus, a suscité l'alarme en Israël et réveillé le souvenir des attentats meurtriers de la deuxième Intifada, avivant une peur déjà largement répandue.
Deux nouvelles attaques au couteau, les dernières en date de plus d'une vingtaine en 12 jours, se sont produites mercredi après-midi à Jérusalem. L'une contre un agent de sécurité a été avortée et la seconde, perpétrée près de la gare routière très fréquentée, a blessé une femme et créé la panique.
Les deux assaillants, des Palestiniens de 20 et 23 ans, ont été tués par la police.
Devant cette flambée que rien ne semble arrêter, Israël a annoncé de nouvelles dispositions: Les règles de port d'armes vont être assouplies, les corps des auteurs d'attentats ne seront plus restitués à leur famille, 19 Palestiniens vont être déchus de leur titre de résidence à Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem annexée et occupée par Israël.
Le gouvernement avait déjà annoncé dans la nuit la mobilisation de soldats au côté des policiers dans les villes israéliennes. En plus de démolir les maisons d'auteurs d'attentats - mesure déjà en vigueur - Israël va saisir leurs biens, a dit le gouvernement.
Le gouvernement a aussi autorisé la police à "boucler ou à encercler les secteurs de friction ou de haine à Jérusalem", en fonction de la situation.
Dès mercredi matin, des policiers en armes contrôlaient une à une les voitures sortant de Jabel Mukaber, quartier de Jérusalem-Est d'où venaient les deux hommes qui ont semé la terreur dans un bus mardi et celui qui a précipité sa voiture sur un arrêt de bus.

..................................................................................................................................................

Diverses sources : afp ; http://www.msn.com/fr-ch/actualite/monde/violences-en-isra%C3%ABl-palestine-un-%C3%A9v%C3%A9nement-plus-grave-que-les-autres-peut-embraser-la-population/ar-AAfruSn?li=AA520x ; http://www.maritima.info/afp/10/a-gaza-les-jeunes-n-ont-rien-a-perdre-face-aux-soldats-israeliens.html ; https://www.youtube.com/watch?v=Lao0CfQWXv0

Repost 0
Published by alain serbin
commenter cet article